Roosevelt Eko

Roosevelt Eko

dates de séjour

01/04/2015 - 30/06/2015

discipline

Musicologie

fonction

Artiste

organisme

Université de Douala, Cameroun

pays d'origine

Cameroun

projet de recherche

Conversations musicales africaines

Roosevelt Eko s’intéresse à la mise en évidence de deux dimensions aujourd’hui indispensables à la musique africaine : la professionnalisation et l’enracinement traditionnel, qu’il convient selon lui d’encourager, à la fois pour faire rentrer cette musique dans la modernité et pour sauvegarder ses valeurs profondes et par extension la survie de son identité.

La préoccupation de la professionnalisation (et par extension celle de la modernisation) se trouve envisagée dans les réflexions autour de l’ouvrage de recherches et d’entretiens préparé en collaboration avec le Prof. Martin Ndende de l’Université de Nantes, et intitulé: Musique et combats pour la vie en Afrique. Cet ouvrage puise sur l’expérience professionnelle de l’auteur formé à “l’école moderne” en Europe, et sur les problématiques rencontrées par les artistes de sa génération pour protéger leurs œuvres, s’ouvrir au monde, et mieux vivre de leur art. C’est, en définitive, une intéressante projection sur l’avenir de la musique africaine.

En revanche, la préoccupation de l’enracinement traditionnel garante de l’identité profonde de la musique africaine sera exprimée à travers un répertoire musical bantou construit au terme d’une longue recherche menée par l’artiste (doublé de chef traditionnel) sur plus de 10 ans. C’est une démarche exploratoire personnelle sur la sève identitaire de la musique africaine.

biographie

Roosevelt Eko est né en 1946 à Kribi au Cameroun. Musicien professionnel et musicologue, il s’est formé à l’Ecole des Arts de Dakar (1968-1970), à l’Ecole Normale de Musique de Paris (1970-1973) et au Conservatoire de Musical de Gentilly (1973-1975).

En tant que directeur artistique, arrangeur et accompagnateur il a travaillé avec de grands noms de la musique en France comme Claude Nougaro, Michel Fugain, Claude François, Nino Ferrer… Il a également dirigé la société de production Safari Ambiance à Paris. Célébrité incontournable de la musique afro-antillaise des années 80-90, il est le fondateur du Groupe Dikalo et a été un partenaire associé à la fondation du célèbre groupe antillais Kassav (1977). Son éclectisme le conduit aussi à composer dans le domaine du Jazz, de la Musique religieuse, et de la Musique traditionnelle bantoue.

Depuis 1992, il est professeur vacataire de musique et de musicologie à la Faculté des Arts et des Lettres de l’Université de Douala au Cameroun.

Il est Chef traditionnel et Officier d’Etat-civil du Village de Lobé à Kribi au Cameroun depuis 1997. Il a reçu les grades de Chevalier (1992), Officier (2002) et Commandeur (2012) de l’Ordre de la valeur du Cameroun.

 

 

Principaux albums musicaux publiés aux Editions Safari Ambiance (Paris, 1975 à 1981) ou aux Editions EKO Music (à partir de 1981)

  • Nalandi (1975) – Titre à traduire par « Je pars », ou « Je m’en vais ».
  • Kilimandjaro my home (1977)
  • Doï da manga (1978) – A traduire par « La voix (ou le message) de l’océan ».
  • Funky Disco music (1979)
  • Lobé mon ami (1981)
  • Na so adé (1982) – A traduire par « C’est ainsi que je suis ».
  • Anthologies de musique instrumentale et religieuse camerounaise (cassettes publiées entre 1992-1994)

institut