Nkolo Foe

Nkolo Foe
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/01/2009 - 30/06/2009

discipline

Philosophie

Fonction d’origine

Professeur

Institution d’origine

Université de Yaoundé I (Cameroun)

pays d'origine

Cameroun

projet de recherche

Ajustement culturel et transition "postmoderne" en Afrique: une approche philosophique

Versant culturel de l’ajustement structurel, selon le diktat du FMI et de la BM, la transition postmoderne s’enracine dans un héritage intellectuel qui postule la fin de l’histoire, l’appropriation des valeurs individualistes (hédonisme, liberté, initiative personnelle, accomplissement de soi, démocratie libérale) d’une part, l’abandon des valeurs collectives (patriotisme, nationalisme, militantisme révolutionnaire) d’autre part. C’est dans cette perspective que la post-modernité/colonialité incite l’Afrique à se projeter au-delà de l’afro-radicalisme (révolution africaine) et de l’authenticité (nativisme) ; contre la théorie du développement et la conception objectiviste de la mondialisation centrée sur l’opposition Centre-Périphérie, elle oppose des formes culturelles subjectivisées, désinstitutionalisées, fluides, hybrides, toutes choses censées préparer une transition vers l’économie de marché. Notre recherche insiste sur le rôle joué par la réforme de l’éducation dans la réalisation de ces objectifs et sur l’ambiance intellectuelle créée par le poststructuralisme qui favorisa les doctrines hostiles à la recherche du sens et des fondements. Même en Afrique, l’évacuation structurale du contenu au profit de la forme, du style et de l’esthétique avait pour but la promotion d’un nouveau type de sujets, schizoïdes, hédonistes et prêts à assimiler, de façon non critique, les messages de la publicité. Ultimement donc, la transition postmoderne proposée à l’Afrique vise à transformer les citoyens en consommateurs dociles.

biographie

Né le 20 avril 1955 à Obak (Cameroun) Nkolo Foe a obtenu un doctorat en Philosophie à l'Université de Laval (Québec, Canada) en 1991. Enseignant-chercheur en sciences humaines (philosophie) puis chef du Département de philosophie à l'Ecole normale supérieure, Université de Yaoundé 1(Cameroun), il a été professeur invité du Conseil pour le développement de la Recherche en Sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à l'Université Fédérale de Paranà Curitiba (Brésil); à l'Université Nationale de Brasillia, ainsi qu'à l'Université Nationale de Brasilia. En 2006, il a également été expert pour le Conseil scientifique au sein de l'Agence universitaire de la francophonie (AUF). 

Il est aujourd'hui vice-président du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociale en Afrique, et membre de l'Institut international de philosophie.  

Ses travaux portent sur la philosophie et l'anthropologie africaines, la littérature orale, la philosophie morale et politique (Recherches sur le postmodernisme et le postcolonialisme). 
 

institut