Ildikó Bellér-Hann

Ildikó Bellér-Hann
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2013 - 30/06/2014

discipline

Histoire moderne

Fonction d’origine

Professeure associée

Institution d’origine

Université de Copenhague (Danemark)

pays d'origine

Danemark

projet de recherche

Gouvernants et gouvernés entre deux civilisations : les communautés agraires ouïghours dans l’Est du Xinjiang du 18e au 21e siècle

Situés en bordure de la civilisation islamique d’Asie centrale, les Ouïghours turcophones ont été, au cours de ces trois derniers siècles, progressivement incorporés dans une autre civilisation : l’Etat chinois et ses mutations successives. Ce long processus n’est pas achevé à ce jour, étant donné que les Ouïghours ont toujours résolument conservé leur identité distincte. C’est l’une des questions principales de ce projet : comment les Ouïghours peuvent concrètement être intégrés tout en conservant leur spécificité culturelle ? Ce projet se focalisera sur le point de vue local plutôt que sur l’histoire nationale et les politiques descendantes. Les moyens d’adaptation et de maintien de l’identité culturelle doivent être conciliés avec les stratégies de survie des individus et des communautés dans lesquelles ils sont incorporés. Les liens multiples de la communauté devront être explorés d’un point de vue ethnographique en se concentrant sur la manière dont la cohésion sociale se perpétue. Une observation attentive met également en lumière la façon dont les Ouïgours mettent l’accent sur les différences, affichant des formes de résistance à l’autorité perçue comme extérieure, mais on assiste aussi à un éclatement de la communauté, dans des périodes de relative stabilité comme dans les périodes de transition rapide.

Toutes ces stratégies sont articulées dans des récits sur soi et l’autre, qui sont souvent négligés par les historiens traditionnels, car apparemment de portée limitée, et d’intérêt local. Cependant, faire de l’histoire locale l’objet de recherches sérieuses peut contribuer de manière significative à notre compréhension de la nature et de la réalisation d’alliances à des niveaux supérieurs, de l’interdépendance à une micro ou macro échelle, et des rencontres culturelles.

biographie

Ildikó Beller-Hann est diplômée de l’Université Eötvös Lorand (Budapest, Hongrie), en études turques, anglais et archéologie. Elle a obtenu son doctorat en 1989 avec une thèse sur la linguistique historique des langues turques à la faculté des études orientales de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni). En 1988-89, elle a été assistante de recherche à la Bibliothèque de l’Université de Cambridge. De 1989 à 1991, elle a travaillé comme conservatrice du Centre Skilliter au Newnham College de Cambridge et a enseigné à la faculté des études orientales en tant que conférencière externe. Elle a été chercheur à Cambridge (1991 - 1998) et ensuite à l’Université de Kent à Canterbury, où elle a travaillé sur des projets de recherche d’envergure sur la Turquie et le Xinjiang (Nord-Ouest de la Chine). En 1999, Ildikó Bellér-Hann a obtenu un nouveau poste en tant que chercheur au Centre d’études orientales, Université Martin Luther à Halle (Allemagne). En 2005, elle a obtenu son diplôme d’habilitation au Séminaire de l’Asie centrale, à l’Université Humboldt, avec une thèse sur les Ouïghours du Xinjiang dans la fin du XIXe et le début du XXe siècle. En 2008, elle a été professeur temporaire en études turques, à l’Université de Bamberg (Allemagne). Depuis 2009, elle est professeur associé à l’Université de Copenhague et se spécialise dans les sociétés et les cultures modernes de l’Ouest de la Chine et de l’Asie centrale. Ses domaines de recherche sont l’anthropologie historique et contemporaine de l’Asie centrale, du Xinjiang et de la Turquie, et elle mène actuellement un projet sur avec Chris Hann sur le féodalisme, le socialisme et l’économie mixte dans les régions rurales de l’est du Xinjiang. 

institut