Teresa Proto

Teresa Proto

dates de séjour

15/09/2011 - 15/07/2012

discipline

Linguistique

fonction

Chercheur associé

organisme

Université Paris 8, France

pays d'origine

Italie

projet de recherche

Eléments de stabilité et de éléments de variation dans les chants de tradition orale.

C’est un fait connu que les chants de tradition orale n’existent pas en tant qu’entités stables, mais qu’il s’agit d’ “objets fluctuants” : le changement est un facteur inhérent à leur nature même. De ce fait, les variantes des chants oraux - aussi bien textuelles que musicales – peuvent être considérées comme le résultat de véritables processus cognitifs impliqués dans le fonctionnement de la remémoration. La recherche proposée vise à établir dans quelle mesure le changement peut atteindre les niveaux syntaxique et sémantique d’un texte chanté tout en laissant inaltérés certains aspects de la structure sonore. De plus, elle vise à identifier les changements qui sont permis dans la structure sonore au cours de la remémoration et de la transmission orale. L’objectif est double : premièrement, établir une typologie des variantes les plus fréquentes à travers les langues étudiées ; deuxièmement, déterminer les mécanismes et les procédés formels impliqués dans la remémoration.

 

Cette résidence a bénéficié d'une aide de l'État gérée par l'Agence nationale de la recherche dans le cadre des programmes d'Investissements d'avenir au titre du Laboratoire d'excellence RFIEA+.

biographie

Teresa Proto a soutenu sa thèse de doctorat en linguistique et philologie germanique à l'Université de Sienne (Italie) en septembre 2007. Elle a ensuite continué ses études en France, où elle a travaillé comme post-doctorante au CNRS dans le Laboratoire Structures Formelles du Langage UMR 7023 (Université Paris 8) d’octobre 2008 à septembre 2009. Pendant cette période elle a poursuivi un projet de recherche consacré à la correspondance texte-musique dans le chant et aux phénomènes d’isochronie dans la langue et dans la métrique (musicale/prosodique). Depuis 2009 elle est membre associé de l’UMR 7023.

 

Ses recherches portent sur deux axes principaux : l’interaction entre structures musicales et structures linguistiques dans le chant (tant sur un plan général qu'au niveau des langues individuelles et des différents styles de chant) ainsi que la relation entre structures métriques, changement linguistique et cognition. Depuis 2010 elle est engagée dans la promotion d’un réseau international d’étude sur le vers chanté ayant pour but de favoriser les échanges et la connaissance dans ce domaine de recherche. En marge de ses recherches métriques, elle s’intéresse aussi aux phénomènes d’interférence linguistique qui ont touché les langues germaniques et romanes au cours de leur développement historique.

institut

01/12/2006