Solofo Randrianja

Solofo Randrianja

dates de séjour

01/10/2015 - 30/06/2016

discipline

Histoire

fonction

Professeur

organisme

Université de Toamasina (Tamatave), Madagascar

pays d'origine

Madagascar

projet de recherche

Formes vernaculaires de gouvernance et de démocratie en Afrique

Un Etat peut-il se résumer à un système constitutionnel et légal ? En de nombreux endroits du globe, des citoyens ne semblent plus s’en contenter. L’existence d’autres systèmes de normes dans les sociétés non occidentales interpelle sur leur influence sur l’État wébérien. Plus que florissante, la littérature sur la faillite des Etats euro africains a donné naissance à des qualificatifs peu reluisants : Etats fragiles, Etats faillis, ... Beaucoup de ces États sont affaiblis plus par la concurrence entre plusieurs systèmes de normes que par la corruption. Des modélisations contestables car à la fois illustration et démonstration de concepts tels patrimonialisme ou néopatrimonialisme ont déconsidéré de manière définitive des formes locales de gouvernance qualifiées de traditionnelles. Leur passage dans l’informel pourtant n’a pas empêché les autorités coloniales et par la suite leurs successeurs de les intégrer, après le constat de leur efficacité comme source de légitimité et même pour assurer la production et la gestion de biens publics. Ces institutions et ces pratiques de gouvernance sont souvent le produit d’une histoire politique multiséculaire. Sans verser dans l’hagiographie, nous pouvons nous demander dans quelle mesure elles peuvent contribuer à la mise en place d’un système démocratique durable en Afrique et valider l’assertion d’Amartya Sen sur l’existence de « la démocratie des autres »

biographie

Solofo Randrianja travaille essentiellement sur l’histoire politique contemporaine de Madagascar. Il a signé et cosigné plusieurs ouvrages  dans ce domaine dont Madagascar, a short history (Hurst, University of Chicago Press), considéré comme un ouvrage de référence. Il se focalise notamment sur les identités, les cultures politiques alternatives et l’autochtonie. Il a enseigné à l’Université de Chicago et fut chercheur invité à l’« Africa Studie Centrum » de Leiden comme auprès de la “Taiwan Foundation for democracy”. Il est actuellement Directeur de recherche à l’Institut d’Etudes politiques de Madagascar où il dirige le laboratoire “Governance and development” et l’école doctorale. Il est co-rédacteur en chef de la revue du CODESRIA (Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique), Identité, culture et politique. Il est aussi Professeur au département d’histoire de l’Université de Toamasina. Il a été récompensé à Nashville (Tennessee, USA) en 2000 par l’« African Studies Association » (ASA) de l’« International Visitor Award » pour l’ensemble de ses travaux. Ses fonctions l’ont amené à collaborer avec plusieurs centres de recherche comme Freedom House, Global Integrity, Varieties of democracy…

Il travaille actuellement sur les formes locales et autochtones de la démocratie.

institut

01/02/2011