Luca D'Ambrosio

Luca D'Ambrosio

dates de séjour

01/10/2011 - 30/06/2012

discipline

Droit

fonction

Chercheur

pays d'origine

Italie

projet de recherche

La politique criminelle à l’épreuve de la lutte contre l’immigration irrégulière. Leçons du droit européen au regard des expériences française et italienne.

L’objectif du projet de recherche est de contribuer à la réflexion sur le rôle du droit de l’Union européenne à l’égard des politiques criminelles nationales en matière d’immigration irrégulière. L’attribution à l’Union européenne d’une compétence dans le domaine du contrôle des frontières, de l’asile et de l’immigration, a un écho dans les choix de la politique criminelle nationale, notamment sous la forme d’interactions entre des espaces normatifs (supranational et national), différents mais qui interfèrent les uns avec les autres. Malgré la convergence de la rhétorique de la « lutte » contre l’ « ennemi-clandestin », la mise en relation du droit européen avec le droit punitif national met en évidence, notamment à travers l’activité interprétative de la Cour de justice de l’Union européenne, une ambivalence des dispositifs communautaires : outre que vecteurs d’une « anthropologie guerrière », ils se révèlent vecteurs de résistance aux dérives de la politique criminelle à l’échelle nationale. Le programme de recherche testera lesdites interactions entre les différents espaces normatifs à travers une analyse comparée des répercussions du droit communautaire sur la politique criminelle adoptée en France et en Italie en matière d’immigration irrégulière.

 

Cette résidence a bénéficié d'une aide de l'État gérée par l'Agence nationale de la recherche dans le cadre des programmes d'Investissements d'avenir au titre du Laboratoire d'excellence RFIEA+.

biographie

Luca d’Ambrosio, 33 ans, de nationalité italienne, est docteur en droit des Universités de Naples II et Paris I. Après un stage auprès du Bureau du Procureur du Tribunal pénal international du Rwanda et un mémoire sur les juridictions traditionnelles rwandaises, il a soutenu une thèse en cotutelle sur la « ‘Communautarisation’ de la norme d’incrimination nationale » dans le cadre d’un projet doctoral européen. Son travail de thèse a porté sur une étude critique des interactions normatives et jurisprudentielles autour desquelles la politique criminelle se construit en Europe et montre les tensions que peut entraîner la mise en œuvre de ce droit sur les principes fondamentaux en matière pénale. Affecté à la Chaire d’Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit du Collège de France depuis septembre 2009, il poursuit ses activités, notamment avec la coordination du "Réseau ID franco-américain". Membre de plusieurs groupes de recherches, nationales et internationales, il continue à développer ses travaux dans les domaines du droit pénal européen et international, avec une attention particulière à l’évolution de la politique criminelle en matière de terrorisme et d’immigration irrégulière.

institut