Jillali El Adnani

Jillali El Adnani
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/12/2009 - 30/06/2010

discipline

Histoire contemporaine
Histoire moderne
Histoire sociale et économique
Sciences de la religion

Fonction d’origine

Professeur

Institution d’origine

Université Mohammed V (Maroc)

pays d'origine

Maroc

projet de recherche

La féminisation des saints : histoire des dynamiques religieuses et anthropologie culturelle au Maghreb

Notre projet consiste en l’étude d’un phénomène qui n’a pas été étudié jusqu’à ce jour. Il s’agit de la domination voir la féminisation des saints par d’autres lignages tribales laïques. Il suffit de dire que le saint a du mal a jouer son principal rôle qui est la fonction d’arbitrage en vue d’instaurer la paix. De nouveaux écrits et témoignages montrent que le saint qui était soumis socialement à la domination des tribus puissantes avait du mal à imposer la paix et que parfois la ruse devait être utilisée plus que la baraka. On pourrait dire aussi que la soumission spirituelle et politique des disciples est l’écho de la soumission sociale du saint et de son lignage. De même l’ascèse, la mujâhada, en vue d’une reconnaissance spirituelle, va de pair avec les efforts et les stratégies suivies par le saint en vue d’une libération de la domination sociale des tribus puissantes. Ce constat est lisible dans l’opposition entre une domination sociale du saint par les tribus et sa suprématie spirituelle qui relève du domaine de l’invisible. Cela nous pousse à dire que le repérage des voies qui mènent à la compréhension des structures sociales par l’étude du discours hagiographique est le seul remède contre les risques des dérives du réductionnisme et de la généralisation. Ce projet s’appuiera sur l’étude de plusieurs cas dans les différents pays du Maghreb.

biographie

Docteur en Histoire (Université de Provence, France), Chercheur associé à l’IREMAM (Institut de Recherches et d'Etudes sur le Monde Arabe et Musulman) de l’Université Aix-Marseille en France, Jilali El Adnani est spécialiste de l’histoire et de l’anthropologie religieuse du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest.

Après avoir rédigé sa thèse « Entre Hagiographie et histoire, les origines d’une confrérie musulmane maghrébine : la Tijâniyya (1791-1880) » à l’Université de Provence en France, il a participé à la réalisation d’une évaluation de la production scientifique en matière de sciences humaines et sociales au Maroc en partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale, l’Institut de Recherche pour le Développement et la Fondation Abdulaziz à Casablanca (Projet Estime). Jilali el Adnani a concentré ses travaux de recherche, à partir des disciplines croisées de l’histoire, l’anthropologie culturelle, la sociologie politique et la philosophie politique, sur les interactions entre identité, ethnicité, religion et pouvoir au Maroc et au Maghreb, ainsi qu’en Afrique subsaharienne. Il a participé à de nombreux colloques internationaux sur le monde musulman en Allemagne, au Japon, au Maroc et en Tunisie – au cours desquels il a surtout exploré la sociologie politique marocaine à travers le prisme du champ politico-religieux ou de la légitimation du pouvoir.

Jilali el Adnani a publié de nombreux articles et ouvrages, dont La Tijaniyya, les origines d'une confrérie maghrébine, éds Marsam, Rabat, 2007, et plus récemment Regionalism, islamism and amazigh identity : translocality in the Souss region of Morocco (2007)., Les saints à l’épreuve du pouvoir : histoire dune sainteté et anthropologie d’une culture (2008), ou encore Le maraboutisme chez C. Geertz (2010).

institut