Céline Lafontaine

Céline Lafontaine
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2009 - 30/06/2010

discipline

Sociologie
Médecine
Nanosciences et nanotechnologies

Fonction d’origine

Professeure

Institution d’origine

Université de Montréal (Canada)

pays d'origine

Canada

projet de recherche

Le corps immortel de la nanomédecine

Les potentialités inégalées des nanotechnologies appliquées au domaine biomédical soulèvent la question du passage d’une médecine curative à une médecine méliorative. Visant à réparer des tissus ou des cellules abîmés par le biais de nanomatériaux biocompatibles, une part importante des recherches actuelles en nanomédecine s’inscrit directement dans le champ plus vaste de la médecine régénérative. L’ampleur et l’étendue des avancées biomédicales annoncées, notamment en matière de lutte contre le vieillissement, nécessitent qu’on s’interroge sur les présupposés et les implications socioculturels de ces nouvelles formes de traitement et d’intervention. Situé en amont du processus de diffusion de ces innovations médicales, il permettra d’identifier les enjeux éthiques et les controverses potentielles soulevées par ces dernières avant leur intégration dans le système de santé. S’appuyant sur un vaste corpus théorique qui permet d’analyser le développement de la nanomédecine et de la médecine régénérative dans le contexte plus large des transformations démographiques, économiques, politiques et culturelles caractérisant notre époque.

biographie

Les recherches de Céline Lafontaine portent sur les aspects sociaux, culturels et symboliques des technosciences. Sa thèse sur la cybernétique et le paradigme informationnel l’a amenée à s’intéresser au développement des nouvelles technologies de l’information et des biotechnologies. Ses études traitent à la fois des questions d’ordre épistémologique, culturel, social et éthique. En plus de mener un programme de recherche sur l’imaginaire des nanotechnologies, elle oriente actuellement ses travaux dans le domaine des avancées biomédicales, plus précisément sur les enjeux sociaux de la médecine régénératrice et de la nanomédecine.

 

 

Céline Lafontaine est professeur agrégée de sociologie à l'Université de Montréal et chercheuse au MEOS (Médicament comme objet social) à la Faculté de Pharmacie de l'Université. Son premier ouvrage, "L'Empire cybernétique : des machines à penser à la pensée machine" (Seuil, 2004), a reçu le prix Jeune Sociologue. Il s'inscrit dans la continuité de "La Société postmortelle" (Seuil, 2008). Elle est par ailleurs membre de la Commission de l'éthique en science et en technologie (CEST), Responsable avec Marina Maestrutti (Université Paris 1) et Daniela Cerqui (Université de Lausanne) du GT01 « Corps, technosciences et sociétés » de l’AISLF et Membre du Comité de réflexion sur la société, l’environnement et l’éthique  de NanoQuébec. En collaboration avec le FQRSC, le FQRNT et le CRSH, ce comité a pour mission de développer un réseau de recherche sur les nanotechnologies. Puis est Membre de Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA), Université Paris 1.

Contributeur fellows

Distinctions

Cécile Lafontaine a obtenu deux financements du Conseil de recherches en sciences humaine pour les projets "Des bio-objets à la bio-impression : les nouvelles frontières matérielles du corps humain" et "Imprimer le vivant : de la viande in vitro aux organes humains. Enjeux sociaux et matériels de la bioimpression".

institut