Anna Raimondo

Anna Raimondo
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/09/2020 - 13/07/2021

discipline

Arts et études des arts

Fonction d’origine

Artiste

Institution d’origine

(France)

pays d'origine

France

projet de recherche

Nouveaux genres d’écoute : voix, corps et territoires – Nouvelles frontières du bien-être de l’écosystème vaginal

La proposition faite pour l'IMéRA à Marseille émane de “Nouvelles frontières du bien-être de l'écosystème vaginal”, un projet artistique itinerant.  Celui-ci est en lien avec une recherche théorique que je mène dans le cadre d’un doctorat avec l’ARBA et l’Université Libre à Bruxelles et il est axé sur l'impact de l'écoute pour explorer et défendre un approche féministe intersectionnel et décolonial dans le domaine de la géographie urbaine. Il est ancré dans les villes que j'ai parcouru et s'établit sur un travail participatif.  Via le dispositif sonore, lié à l’oralité et la création de nouveaux espaces d’imagination, ce projet se veut être une plateforme de  réflexion et de propositions artistiques,  afin de redéfinir et de rendre visible la place des femmes dans l’espace public. Pour l’IMèRA et le Mucem, cette recherche s’articulerait sur le territoire de Marseille.  Quelles sont les points de vue communs et divergents sur Marseille racontés par ses citoyennes cis et trans? Comment les citoyennes activent des stratégies de ré-appropriation de l’espace public? Comment le rytmoanalysis, proposé par Henri Lefebvre pour identifier les rythmes communs de la  Méditerranée  peut-il se decliner à la spécificité des rythmes de ses citoyennes dans la ville et qu'est que cela pourrait révéler? Comment formaliser de manière plastique une recherche basée sur la voix, le paysage sonore et le rythme?  Ces questions interrogent les relations entre  l'aménagement  des espaces urbains et les comportements sociaux avec une perspective genrée à Marseille.  Espace de cohabitation entre différentes religions et cultures, cette ville représente un lieu idéal pour explorer l'impact des cultures méditerranéennes et leurs métissages dans la vie quotidienne de ses citoyennes. Ce contexte alimenterait une réflexion  importante  sur les politiques d'inclusion dans l'espace public.

biographie

Après le Master en Arts sonores à la UAL à Londres en 2012, elle suis un doctorat entre l’ARBA et l’Université ULB à Bruxelles . Elle a participé à des expositions personnelles comme: “Seremos serias de la manera más alegre” au centre d’art Caso-CNB, Buenos Aires (ARG); “Nuevas fronteras del bienestar del ecosistema vaginal #4 “ au Musée TEA, Tenerife (ES); “Nuove frontiere del benessere dell’ecosistema vaginale #1” à la galerie Ex-Elettrofonica, Rome (IT); “Nous serions sérieuses de la manière la plus heureuse” au Cube - Indipendent Art Room, Rabat (MA); “Come un mare fuor d’acqua” dans le cadre de la Biennale des Jeunes Créateurs d'Europe et de la Méditerranée, Tirana (AL); etc. Elle a aussi participé à la 13ème Biennale de Dakar en 2018 (SN); la 5ème Biennale de Marrakech en 2014 (MA); à la Dubai Design Week en 2017; “Africa is not an island” au Musée MACAAL à Marrakech en 2017 (MA), etc. Comme commissaire, elle a travaillé pour documenta 14- Radio Program. Elle a été primée, parmi autres, avec le prix de la Ville de Bruxelles Prix Médiatine en 2018 et avec la Palma Ars Acustica en 2016.

institut

01/05/2007