Alexandra Cook

Alexandra Cook
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2018 - 30/06/2019

discipline

Histoire moderne

Fonction d’origine

Professeure

Institution d’origine

Université de Hong Kong (Chine)

pays d'origine

Chine

projet de recherche

Laurent Garcin (c. 1681-1751) et la circulation des connaissances naturelles entre l’Asie et l’Europe au XVIIIe siècle

Le projet de recherche est une étude de cas dans l’histoire de la collecte, de la circulation et de l’accumulation des connaissances naturelles dans le contexte des historiographies connectées ou circulatoires ; de telles historiographies mettent en avant les connaissances et les pratiques locales échangées à travers des « réseaux hétérogènes de commerce spécialisé, de politique, et de médecine » (Kapil Raj). Par leur circulation, les connaissances naturelles ne restent pas exclusivement attachées à une culture particulière, mais en viennent à être partagées, transférées, traduites et transformées. Fondée sur ces hypothèses de base, la recherche examinera les contributions scientifiques de Laurent Garcin (1681-1751), suisse d’origine huguenote et chirurgien francophone dans la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Garcin cherchait des plantes médicinales ainsi que des remèdes à travers l’Asie maritime. Comme je l’ai montré ailleurs, l’herbier de Garcin servait comme source de 25 % des spécimens mentionnés dans un ouvrage clé de botanique asiatique, Flora Indica (1768) de Nicolaas Burman. Immortalisé sous le nom générique de Garcinia, Garcin fut classé parmi les « pionniers de l’exploration botanique des parties continentales ainsi qu’insulaires de l’Asie » (Staples et Jacquemoud) ; néanmoins il est resté presque inconnu. Cette étude montre non seulement l’importance de Garcin comme acteur de la circulation des connaissances, mais aussi l’influence de ses travaux sur le récent virage en ethnopharmacologie, en particulier l’initiative de bioprospecter les textes et autres sources historiques en vue de fonder sur la connaissance des plantes toute materia medica.

biographie

Alexandra Cook a obtenu son titre de doctorat de l’université Cornell à Ithaca, New York. Elle a enseigné à l’université de Chicago, à l’université Colgate à Hamilton, New York, et à l’université Victoria de Wellington, en Nouvelle Zélande. Actuellement, elle est professeure de philosophie à l’université de Hong-Kong. Alexandra Cook est une spécialiste reconnue de Jean-Jacques Rousseau, des Lumières, et de l’histoire des sciences. Elle s’intéresse également à l’histoire de la médicine et de la pensée environnementale. Elle est l’auteur de plusieurs publications sur les travaux scientifiques de Jean-Jacques Rousseau, y compris Jean-Jacques Rousseau and botany : The salutary science (Voltaire Foundation, 2012), qui a été obtenu en 2014 la médaille John Thackray de la Society for the History of Natural History (Londres). Elle fut la commissaire de l’exposition « Je raffole de la botanique » organisée, à l’occasion du tricentenaire de Jean-Jacques Rousseau, aux Conservatoire et jardin botaniques de Genève en 2012. Cette exposition s’est ensuite tenue en 2015 au Parc Jean-Jacques Rousseau d’Ermenonville, France. Après avoir traduit et annoté des ouvrages de Jean-Jacques Rousseau concernant la botanique dans les Collected Writings of Rousseau, volume 8 (2000), elle prépare ces ouvrages dans une nouvelle version pour les Œuvres complètes de Rousseau (Classiques Garnier, en préparation). Alexandra Cook est « Fellow » de la Linnean Society (Londres).

institut