Alessia Dimartino

Alessia Dimartino

dates de séjour

15/09/2011 - 15/04/2012

discipline

Histoire

fonction

Post-doctorante

organisme

Université de Genève, Suisse

pays d'origine

Italie

projet de recherche

Corpus paléographique et historique des inscriptions grecques de Sicile (IVe-Ie siècle av. JC).

L’analyse des inscriptions grecques de Sicile gravées sur pierre pour lesquelles on peut proposer une chronologie, fondée sur les informations obtenues par les textes et/ou par les fouilles archéologiques, entre le IV et le I siècle av. J.-C., conduite durant mon doctorat, a permis de proposer de nouvelles données. Tout d’abord pour l’aspect épigraphique : on a cherché à retracer une évolution de l’alphabet des cités de la Sicile depuis le IVe siècle. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque républicaine, dans le but d’identifier les particularités des lettres («constantes paléographiques») qui sont caractéristiques de chaque période prise en considération, et dans le but de fournir un bon outil d’évaluation paléographique pour la documentation épigraphique de l’île, qui est encore peu étudiée ou mal intégrée dans un cadre chronologique.

 

Le succès de la première recherche, et aussi la considération que l’écriture est, dans plusieurs cas, le seul instrument disponible pour fixer la datation des inscriptions, renforcent la nécessité d’étendre le travail aux documents épigraphiques que, grâce aux informations historiques et/ou archéologiques, on peut dater de la même période que ceux sur pierre (IV-I siècle av. J.-C.) mais qui sont gravés sur des matériaux différents, principalement les inscriptions sur métal et sur céramique.

 

Le style des lettres changeait selon la ductilité du matériel et des techniques d’écriture ; l’identification de l’évolution paléographique dans les inscriptions de Sicile gravées sur des supports en métal ou céramique nous permettra, d’une part, de décrire un changement diachronique du style des lettres pour ces catégories de documents et, d’autre part, de comparer l’évolution paléographique de ces inscriptions avec celles des documents gravés sur pierre. L’analyse intégrée des inscriptions sur pierre, métal et céramique conduira à la création d’un corpus qui nous donnera une vue d’ensemble des documents épigraphiques de la Sicile ancienne, afin d’évaluer les similitudes des typologies et/ou des informations des textes, le rapport entre les inscriptions et leurs contextes archéologiques, et afin d’encourager une réflexion sur l’importance de la documentation épigraphique pour la reconstruction du cadre historique de la Sicile.

 

Cette résidence a bénéficié d'une aide de l'État gérée par l'Agence nationale de la recherche dans le cadre des programmes d'Investissements d'avenir au titre du Laboratoire d'excellence RFIEA+.

biographie

Alessia Dimartino a obtenu sa licence en Archéologie classique à l’université de Palerme (2000, thèse: La lex sacra di Selinunte); elle a fréquenté le cours de Perfectionnement (PhD) en disciplines philologiques, linguistiques, historiques, et classiques à l’École Normale Supérieure de Pise, en étudiant les inscriptions grecques sur pierre de Sicile (2002-2004, thèse Analisi paleografica e prospettive storiche delle iscrizioni greche lapidee della Sicilia antica databili dal IV al I sec. a.C.). Elle a été titulaire de deux bourses d’études de l’Institut d’Archéologie et de Science de l’Antiquité de Université de Lausanne et de la Fondazione Giorgio Pasquali (2005-2006, Pise – Florence). Pendant les années 2007-2009 elle a été titulaire d’une allocation de recherche en épigraphie grecque de l'université de Palerme, où elle a assuré les cours d’épigraphie grecque, d’histoire grecque et d’archéologie classique. Durant cette période, elle a été membre de la commission des examens. Actuellement, elle travaille à l’université de Genève (bourse de post-doctorat 2010-2011).

 

Pendant les années du doctorat et post-doctorat, elle a travaillé à des projets très importants: avec le laboratoire LSATMA de l’Ecole Normale Supérieure de Pise elle a participé aux fouilles archéologiques dans les anciens centres de Entella (Contessa Entellina – PA) et Kaulonia (Monasterace Marina - RC) en contribuant à l’informatisation des données des fouilles ; pour le projet Osservatorio Mostre e Musei du Laboratoire L.A.R.T.T.E. de la SNS elle a conduit des études sur les expositions et sur les musées archéologiques en Italie ; elle a travaillé aussi au projet de la SNS Charun. Corpus informatico delle urne etrusche di età ellenistica, pour l’achat de photographies des urnes étrusques utiles à la base de données. Elle a fait des séminaires et des leçons à l’Ecole Normale Supérieure de Pise et à l’université de Palerme dans les cours d’archéologie classique, d’épigraphie grecque, d’histoire grecque et d’antiquités grecques et romaines et a été superviseure dans les cours pré-universitaires organisés par l’Ecole Normale Supérieure de Pise.

institut

01/12/2006