Aimée Boutin

Aimée Boutin
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/02/2021 - 30/06/2021

discipline

Littérature

Fonction d’origine

Professeure

Institution d’origine

université Florida State (États-Unis)

pays d'origine

États-Unis

projet de recherche

En avant, ou en retrait ?: Femmes et écritures du chemin de fer en France au XIXe siècle

Le développement du réseau ferroviaire au XIXe siècle a-t-il poussé en avant les écrivaines françaises, ou, au contraire, les a-t-il contraintes à rester en retrait, observatrices passives des avancées de la modernité industrielle ?

Ce projet de livre sur les écrivaines françaises du XIXe siècle analyse comment le chemin de fer a accru la liberté de mouvement en même temps qu’il a imposé et exposé des normes inégales pour voyageurs féminins et masculins (en instituant des compartiments pour femmes seules par exemple). Les connotations souvent violentes et sexuelles du chemin de fer dans les imaginaires sociaux ont posé des défis différents pour les femmes créatrices. Des études de cas sur George Sand, Louisa Siefert et Colette se penchent sur les rapports entre mobilité, genre et écritures en analysant comment la locomotion sert de moteur à l’épanouissement de flux identitaires féminins. Identités fluides, dialectique d’évasion et de confinement, multiplication de perspectives et relativités se reflètent dans les œuvres analysées.
Bien que les écrits de femmes du XIXe siècle sont le plus souvent étudiés en relation avec les intérieurs domestiques et les rapports sentimentaux, le projet pluridisciplinaire d’A. Boutin cherche à démentir l’image de l’écrivaine en retrait de la modernité industrielle.

biographie

Aimée Boutin (PhD Cornell University) est professeure titulaire au département d’études françaises et francophones à l’université Florida State, où elle enseigne depuis 1998.

Elle est l’auteure de Maternal Echoes: The Poetry of Marceline Desbordes-Valmore and Alphonse de Lamartine (University of Delaware Press, 2001) sur la voix maternelle dans la poétique romantique. Elle a contribué aux recherches sur les femmes poètes du XIXe siècle, notamment les poèmes et la prose de Desbordes-Valmore dont elle a édité Les Veillées des Antilles (1821 ; L’Harmattan, 2006). Ses recherches portent également sur les études urbaines, l’histoire des sens, en particulier l’étude du paysage sonore et les « sound studies » au XIXe siècle. Elle s’est penchée sur les rapports entre flânerie et les cinq sens dans “The Flâneur and the Senses” (2012), un numéro spécial de la revue Dix-Neuf, avant de publier le livre City of Noise: Sound and Nineteenth-Century Paris (University of Illinois Press, 2015) sur les bruits urbains. Avec Érika Wicky et Corinne Doria, Boutin co-dirige un numéro spécial de la revue Épistémocritique, sur la question Quelles sources pour l’histoire des sens?
Ses recherches actuelles prolongent son travail sur la marche urbaine et les flâneuses en considérant comment les écrivaines du XIXe siècle ont réagi aux contradictions posées par le chemin de fer, véhicule d’une liberté de mouvement nouvelle et instrument de normes restrictives et différenciées pour les voyageuses.
À Lyon, elle collabore avec les laboratoires IHRIM, Triangle, et le groupe de réflexion sur le sensoriel Geressens.

institut

01/12/2006