Salikoko Mufwene

Salikoko Mufwene

dates de séjour

01/09/2010 - 30/06/2011

discipline

Linguistique

fonction

Professeur de linguistique

organisme

Université de Chicago, département de Comparative Human Development

pays d'origine

États-Unis

projet de recherche

Language evolution : an ecological perspective

Pendant son séjour au Collegium, Salikoko S. Mufwene entend poursuivre sa réflexion sur les façons dont on peut appliquer son « approche écologique à l’évolution linguistique » à divers aspects de la longue émergence phylogénétique du langage.

 

Partant de l’hypothèse que la communication est un des facteurs qui ont déclenché cette évolution, il conçoit le langage comme une technologie qui a émergé par à-coups, sans plan d’ensemble. Les hominidés et les humains y auraient contribué avec des stratégies diverses, chacun à sa manière, et à des moments différents, en innovant et/ou en copiant imparfaitement les productions des autres pour satisfaire la demande de leurs besoins de communication. Cette hypothèse tient compte du phénomène de la variation et, par conséquent, de la compétition et de la sélection pendant les processus d’auto-organisation spécifiques à des écologies particulières qui ont produit des langues diverses. Salikoko S. Mufwene suppose que cette variation, qui rend compte de l’hétérogénéité inter-idiolectale, explique aussi la diversité typologique entre les différentes langues du monde.

 

Selon lui, les mêmes processus de compétition et de sélection permettent aussi bien la normalisation des stratégies de communication particulières dans des communautés données que l’émergence des diverses variétés langagières. Ils favorisent aussi des langues considérées plus avantageuses par rapport à celles qui sont supposées moins avantageuses par les locuteurs.

 

Au Collegium, Salikoko S. Mufwene se consacrera particulièrement à l’étude des facteurs écologiques qui rendent compte de l’émergence de la variation typologique tant au sein des langues qu’entre elles.

biographie

Né en République Démocratique du Congo (RDC), Salikoko S. Mufwene est Frank J. McLoraine Distinguished Service Professor of Linguistics and the College à l’ université de Chicago, où il a aussi les titres de Professor on the Committee on Evolutionary Biology et, depuis juin 2010, de Professor on the Committee on the Conceptual and Historical Studies of Science. Il est aussi affilié au Département de Comparative Human Development et au Center for the Study of Race, Politics, and Culture de la même université.

 

Il a été Directeur du Département de Linguistique de 1995 à 2001. Il a enseigné dans plusieurs institutions en tant que « Lecturer », University of the West Indies at Mona, Jamaïque (1980 & 1981); « Assistant Professor » - « Full Professor », Université de Géorgie à Athens (septembre 1981 - décembre 1991, année de son départ pour l’Université de Chicago); Professeur invité, Université Lyon III (automne 1989); « Visiting Professor », University of the West Indies at Mona, Jamaïque (juillet & août 2001); « Distinguished Visiting Professor », National University of Singapore (novembre & décembre 2001); « Visiting Professor », Harvard University (semestre de printemps 2002); Professeur invité, Collège de France (novembre & décembre 2003); Professeur invité, Université Paris III (automne 2004); et deux fois Professeur au « summer institute » de la Linguistic Society of America (1999, University of Illinois at Urbana-Champaign ; 2005, MIT).

 

Il a obtenu son doctorat de linguistique à l’Université de Chicago, en 1979 (avec spécialisation en sémantique lexicale et en l’interface entre la sémantique et la syntaxe), après avoir passé son « graduat » et sa licence de philologie anglaise, respectivement à l’Université Lovanium (Kinshasa, 1968-1970) et à l’Université Nationale du Zaïre à Lubumbashi (1971-1973), en RDC.

 

Les recherches actuelles de Salikoko S. Mufwene sont très différentes de celles qu’il a entreprises sur la sémantique lexicale, l’anthropologie linguistique, et la morphosyntaxe du gullah et des créoles anglais des Antilles jusqu’à la fin des années 1980. Maintenant, il travaille surtout sur l’évolution linguistique, y compris la naissance et la mort des langues (sans oublier l’émergence des créoles), l’indigénisation de l’anglais et d’autres langues coloniales européennes dans le monde, la globalisation/mondialisation et la vitalité des langues, ainsi que l’évolution phylogénétique du langage.

 

Son approche, qui se fonde sur plusieurs disciplines, peut être qualifiée d’écologique. Elle s’inspire particulièrement du modèle de la génétique des populations et de la macro-écologie. Salikoko S. Mufwene continue de s’intéresser à la typologie linguistique et à la grammaticalisation. Il étudie depuis peu la question de l’émergence de la complexité dans le langage, dans le cadre de la théorie de la complexité. Il est « émergentiste » en ce qui concerne l’évolution linguistique.

 

Il a innové plusieurs cours à l’Université de Chicago, notamment : The Ecology of Language Evolution; Language and Globalization; Language and Communication; The Development of Creole Vernaculars and Cultures; et Cultural Consequences of Colonization (qu’il a enseigné au printemps 2010 avec Dain Borges, historien). Depuis 2000, il enseigne aussi Biological and Cultural Evolution avec William Wimsatt, philosophe de la biologie, dans le programme des cours “Big Problems.”

événements

institut

01/12/2006