Priyadarshini Vijaisri

Priyadarshini Vijaisri

dates de séjour

01/09/2011 - 30/06/2012

discipline

Histoire

fonction

Chercheur

organisme

Centre for the Study of Developing Societies, Delhi, Inde

pays d'origine

Inde

projet de recherche

Comprendre les intouchables : idéologie des opprimés

Ma recherche vise à étudier l’idéologie de caste telle qu’elle est comprise par ceux qui sont au bas de l’échelle. Elle se concentrera sur Dakkalis qui, au fil des siècles, a mis au point une alternative culturelle dialectique avec des formulations complexes de la structure, de la notion d’impureté permanente, à savoir l’intouchabilité et en liaison avec la question de la téléologie. L’étude propose deux catégories d’analyse : la notion du pouvoir religieux et de la marginalité dangereuse en analysant la position structurelle et l’idéologie culturelle des hors-castes. Cela permettrait une compréhension plus globale des castes en tant qu’idéologie dynamique du pouvoir et nous conduirait à la question fondamentale de la nature des religions de l’opprimé, et de leur potentiel pour mettre au point des idéologies alternatives de contestation et des tactiques de survie, comme défis potentiels à l’idéologie hégémonique. L’étude est conçue dans un contexte historique et fondée sur des sources archivistiques et ethnographiques.

biographie

Priyadarshini Vijaisri est une historienne engagée dans la recherche sur le passé des hors-caste. Sa thèse de doctorat à l’Université Jawaharlal Nehru portait sur les modèles de prostitution sacrée dans le sud de l’Inde coloniale. Elle s’oriente actuellement vers une recherche ethno-historique des traditions culturelles dans les sociétés tribales et avec castes, se concentrant particulièrement sur le rituel, la sexualité, la structure, les frontières et la marginalité. Le projet Dakkali intitulé «En marge de la Périphérie: La Caste Main Gauche des Dakkalis au début du 20e siècle dans le sud de l’Inde» cherche à comprendre l’expérience hors-caste des intouchables et le discours sur l’idéologie des castes par le bas. Son autre projet sur les castes, les Tsiganes et la culture tribale est une étude interculturelle de trois catégories distinctes, la caste, la tribu et le nomade. Elle cherche à explorer les questions de structure sociale ; à comprendre le mode par lequel certaines valeurs fondamentales de la civilisation largement partagées, comme la pureté/l’impureté et ce qui est de bonne augure/de mauvaise augure sont déployées par certaines cultures ou des communautés particulières pour constituer des structures parallèles, voire compétitives. Elle s’intéresse aussi à l’évolution continue dans/entre ces communautés et à la localisation spatiale des communautés nomades à l’intérieur de ces structures, aux processus complexes de reconfiguration des notions culturelles, aux idées et valeurs au sein de structures sociales, selon les interactions et les moyens par lesquels des alternatives coexistent. Son prochain livre, « À la poursuite de la prostituée vierge » est une tentative de repenser les méthodes alternatives pour écrire sur l’histoire des castes et des hors-caste.

institut