Mohand Akli Salhi

Mohand Akli Salhi

dates de séjour

01/03/2011 - 31/08/2011

discipline

Sociologie

fonction

Chercheur

organisme

Département de langue et culture amazighes, université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou (Algérie)

pays d'origine

Algérie

projet de recherche

Structure(s) et transformation(s) du champ littéraire en situation de mutation socioculturelle. Cas de la littérature berbère de Kabylie

L'objet du présent projet consiste à étudier l'organisation et l'évolution des pratiques et des productions littéraires d'une culture qui vit une mutation aussi bien au niveau social, culturel mais également politique. Il s'agira, plus précisément, d'étudier, comme cas spécifique, la constitution en champ de la littérature berbère de Kabylie dans le régime de l'oralité traditionnelle et d'en déterminer les caractéristiques les plus importantes de ses transformations tout en repérant les modalités et les facteurs de ces dernières.

 

Trois niveaux seront abordés dans le traitement de cette problématique. Dans un premier temps, il sera question de la constitution des pratiques et des productions littéraire en système dans le régime de l'oralité et de leur évolution. Dans un deuxième temps, nous traiterons du rôle des contacts culturels dans la transformation du ce système littéraire. Il s'agira dans un dernier moment, d'étudier les relations que peut entretenir un champ littéraire régional avec le champ littéraire national.

 

L'étude du passage du régime de l'oralité à celui de l'écriture constitue le premier niveau. La relation de la création avec les modes de production et de réception sera au cœur de l'interrogation. C'est l'étude de cette relation qui permettra, entre autres, de poser les principes de base de la parole littéraire dans la situation d'oralité. Comment est perçue cette parole ? Quelles sont ses marques de démarcation dans la masse discursive des locuteurs de la langue ? L'analyse des discours que les locuteurs tiennent sur la nature de la parole, les pratiques et les productions littéraires orales ainsi que l'étude de la terminologie servant à désigner et à distinguer la parole, les types et les genres littéraires trouvera ici toute sa validité.

 

Une fois le système littéraire est mis en exergue, dans ses aspects les plus saillants au moins, et mis en relation avec les types d'oralité créatrice opérants dans la culture, une réflexion est à engager dans le sens d'expliquer les modalités, les facettes et les conséquences du passage de ce système littéraire du régime de l'oralité à celui de l'écriture.

 

L'étude des contacts (de différents ordres) avec la littérature kabyle et leur rôle dans la transformation de son champ littéraire constituera le deuxième niveau d'analyse. L'émergence des nouveaux genres littéraire en kabyle sera associée à l'appropriation de l'écrit, par l'élite, dans un premier temps, puis sa diffusion, petit à petit, auprès de la population kabyle. Le contact avec la langue et la culture françaises a engendré l'élargissement du champ littéraire kabyle. L'émergence des nouveaux genres (roman, nouvelle et théâtre) est la conséquence directe de cette appropriation culturelle.

 

Ces nouveaux genres littéraires en kabyle ont vu le jour dans des conditions historiques, sociologiques et sociolinguistiques particulières. Ecrits dans une langue réputée essentiellement d'usage oral, dont le statut (national) ne lui est accordé qu'en 2003, et produit par des individus qui n'ont reçu un enseignement formel en amazigh pour un public, formé également en arabe et/ou en français, qui n'a pas de tradition de lecture, ces genres sont confrontés à de multiples et véritables dilemmes au niveau de leurs créations. Par ailleurs, ils prennent place dans un champ littéraire ayant déjà ses propres logiques éditoriales, ses circuits commerciaux et ses critères de légitimation. Il s'agit là, entre autres, de poser les jalons nécessaires pour une étude qui tentera de mettre en lumière le fonctionnement institutionnel de la nouvelle littérature kabyle dans le large champ littéraire algérien, lui-même en construction. Situé dans le cadre national algérien et dans le cadre transnational berbère, faut-il parler à propos de cette littérature en termes de champ ou de sous champ littéraire ? Quelle(s) est (sont) le(s) type(s) de relation entre le (sous)champ « régional » et le champ national ? Il s'agira en fait d'articuler la littérature avec la langue d'expression, « son » territoire et l'espace national.

biographie

- Titulaire d’un doctorat en langue et culture amazighes (berbères) en 2007, ainsi que d’une habilitation universitaire obtenue en 2011, Mohand Akli SALHI est enseignant-chercheur au département de langue et culture amazighes de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Algérie. Ses recherches et publications portent sur la langue et la littérature amazighe (berbère) de Kabylie (Algérie), et tout particulièrement sur la configuration et le renouvellement littéraires, les formes métriques et la terminologie littéraire en kabyle. Il est également co-directeur (avec l’écrivain d’expression kabyle Salem Zenia), de la collection "Aru. Etudes et textes amazighes" chez les Editions l’Odyssée. Trois de ses ouvrages sont sous presse : Etudes de littérature kabyle et Poésie traditionnelle féminine de Kabylie. Types et textes aux Editions ENAG (Alger) et Asegzawal amezzyan n tsekla (Petit dictionnaire de littérature) aux Editions l’Odyssée (Tizi-Ouzou).

institut

01/02/2011