Matthieu Cimino

Matthieu Cimino
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/09/2019 - 30/06/2020

discipline

Sciences politiques

Fonction d’origine

Chercheur

Institution d’origine

Université d'Oxford (Royaume-Uni)

pays d'origine

Royaume-Uni

projet de recherche

Penser les territoires et l'éducation en État islamique

Depuis l’émergence de l’organisation « État islamique » (EI), la recherche en sciences humaines et sociales ne s’est que très partiellement intéressée à l’imaginaire collectif du mouvement djihadiste et, plus spécifiquement, à son idéologie spatiale. En écho à la vague d’attentats perpétrés en Europe depuis 2015 et à une forte demande de la société civile, chercheurs et journalistes ont en effet privilégié l’étude des phénomènes de ‘radicalisation’ ou de ‘radicalité’ en Europe négligeant, volontairement ou non, de nombreux aspects du système idéologique de Daech.
Pourtant, la variable spatiale joue un rôle considérable dans l’élaboration de l’imaginaire collectif porté et diffusé par le groupe terroriste, qui en appelle à la restauration d’un « califat », structure territorialisée ayant accompagné l’essentiel des Empires islamiques depuis la mort de Mahomet (632) jusqu’à la chute de l’Empire ottoman (1920). L’objectif de ce projet de recherche est donc d’explorer la manière dont l’EI se représente le monde. Comment le groupe pense-t-il l’espace et le territoire ? Quelles sont ses stratégies de production et de diffusion cartographique ? Pour explorer ces problématiques, cette recherche s’appuiera sur plusieurs milliers de cartes, d’ouvrages scolaires et de documents d’archives collectés entre 2016 et 2018.

biographie

 

Matthieu Cimino, historien et politologue arabisant, est enseignant au Collège universitaire de Sciences Po, Paris (campus euro-méditerranéen de Menton) et à l’Université Panthéon Sorbonne. Il a été chercheur Marie Curie à l’université d’Oxford (Oriental Institute & St Antony’s College, 2016-2018) et chercheur post-doctoral à l’université de Tel-Aviv (centre Moshe Dayan, 2015). Ses recherches portent sur l’histoire contemporaine du Proche et Moyen-Orient. Son dernier ouvrage collectif, Syria: Borders, Boundaries, and the State (Palgrave MacMillan, 2019) explore les reconfigurations matérielles et symboliques des frontières syriennes depuis la révolution de 2011.

institut

01/02/2011