Giovanna Zapperi

Giovanna Zapperi

dates de séjour

01/01/2009 - 30/06/2009

discipline

Histoire

fonction

Chercheur associé

organisme

Centre d’Histoire et Théorie des Arts de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, France

pays d'origine

Italie

projet de recherche

Devenir machine : corps et technologie dans les avant-gardes

Mon projet de recherche analyse les interactions entre l’activité artistique, la technologie et le corps dans les années autour de la première guerre mondiale. Le thème de la transformation du corps en machine renvoie au problème que rencontre l’art à l’époque de la reproductibilité technique : il y a une proximité structurelle entre le corps artificiel et l’image photographique car tous deux sont le fruit d’un processus mécanique et se présentent comme des duplicata capables de rivaliser avec l’original. Ainsi, la possibilité de créer un corps né de la fusion entre nature et technique remet en cause les notions courantes d’identité, d’origine et d’originalité.

 

Dans l’enchevêtrement entre l’art et la technologie, production, procréation et reproduction deviennent des termes métaphoriquement voisins : ils renvoient tous au problème de la création artistique à l’âge des nouvelles technologies de l’image. La récurrence du devenir machine chez les avant-gardes véhicule ainsi les angoisses ressenties face à ces changements, et devient le nœud de la recherche d’un nouveau paradigme artistique, capable de faire face à la crise provoquée par l’invasion de la technologie et la perte qui s’ensuit de l’aura de l’œuvre d´art.

biographie

Giovanna Zapperi est historienne de l’art et docteure de l’EHESS (thèse soutenue en 2005), chercheuse associée au Centre d’Histoire et Théorie des Arts de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, où elle cordonne le groupe de recherche Acegami (Analyse Culturelle et Etudes de genre / Art, mythes, images).

 

Ses recherches portent sur les avant-gardes européennes des années 1910 et 1920, sur les rapports entre production artistique, culture de masse et technologie, sur les théories féministes dans l’art et sur la différence des sexes et les rapports (post)coloniaux dans l’art contemporain.

 

Elle a enseigné à l’Université de Tours (2005-2007), à Sciences-po à Paris (en 2009) et, en tant que Rudolf Arnheim Guestprofessor, à l’Université Humboldt de Berlin (en 2007-2008 et 2008-2009).

institut