Massimo Amato

Massimo Amato

dates de séjour

01/10/2009 - 30/06/2010

discipline

Histoire

fonction

Professeur

organisme

Université Bocconi de Milan, Italie

pays d'origine

Italie

projet de recherche

Monnaie et normativité : institution et fondation

Mon projet pour l’année académique 2009-2010 est de poursuivre et radicaliser ma précédente recherche sur la monnaie en tant qu’institution. Recherche dont les premiers résultats ont été publiés dans deux livres : Le radici di una fede. Per una storia del rapporto fra moneta e credito in Occidente, Bruno Mondadori, Milan 2008, et Fine della finanza. Da dove viene la crisi e come si può pensare di uscirne (en collaboration avec L. Fantacci), Donzelli, Roma 2009. Et dont le premier cycle s’achèvera avec L’enigma della moneta, Et al., Milan 2010. Cette recherche m’a demandé des années de travail, durant lesquelles j’ai eu la grande chance de bénéficier des avis de mes amis et collègues Luigi Doria et Luca Fantacci. Mais il se trouve que, loin de permettre de conclure, elle ouvre maintes voies d’approfondissement. Mon travail de recherche à l’IEA tentera d’avancer sur l’une d’entre elles à partir de deux questions.
La mise en échec progressive, dans le climat technique actuel s’entend, de la possibilité même d’une conception juridique de l’institution, requiert de penser à fond et déjà de reconsidérer le phénomène de la normativité comme étant l’espace dogmatique nécessaire à la mise en œuvre de la loi pour toute communauté humaine. « Qu’en est-il de la normativité en climat technique ? » sera donc ma première question.

Or justement, la susdite mise en échec signale que la réponse à cette question pourrait être : « Il n’en est rien » ! D’où la seconde question : celle de savoir « d’où vient cette impossibilité ».

 

Cela dit, répondre à cette question-là requiert au premier chef une lecture par elle renouvelée des « lieux [topoï] » où a trouvé à s’élaborer la pensée traditionnelle de l’institution. D’où une méthode de recherche qui sera avant tout herméneutique au sens premier de l’interprétation des textes. Le point de départ de mon travail est en effet la quasi évidence que si l’institution et sa cybernétisation constituent une énigme, ce dont il y va transparaît cependant très clairement dans les textes : dans les chefs-d’œuvre de la pensée traditionnelle et aussi bien dans la masse des documents actuellement produits par une techno-science englobant désormais les « sciences » dites « juridiques », « économiques », « sociales » etc. Aussi s’agira-t-il pour moi de relire attentivement les textes de la tradition afin que la modification de l’institutionnalité qui préside à la production normative des institutions cybernétisées, devienne parlante. Le défi étant de parvenir à lire, en deçà de l’éparpillement des discours qui caractérise les sciences "humaines" ultramodernes, et l’economics au premier chef, une modalité tout à fait nouvelle de constituer un corpus capable de produire des effets normatifs profonds.

biographie

Massimo Amato enseigne à l’Université Bocconi de Milan. Depuis quinze ans, il consacre ses recherches à la monnaie : histoire des systèmes monétaires, histoire de la pensée monétaire, réforme du système monétaire.

 

Sur ce thème il a écrit plusieurs articles et quatre essais :

- Il bivio della moneta, 1999

- Le radici di una fede. Per una storia del rapporto fra moneta e credito in Occidente, 2008

- Fine della finanza. Da dove viene la crisi e come si può pensare di uscirne, 2009 (avec L. Fantacci, trad. anglaise 2010)

- L’enigma della moneta e l’inizio dell’economia, mars 2010 (trad. française prévue).

institut