Emmanuel Droit

Emmanuel Droit

dates de séjour

01/10/2012 - 30/06/2013

discipline

Histoire

fonction

Maître de conférences

organisme

Université de Rennes 2

pays d'origine

France

projet de recherche

Pour une histoire transnationale et croisée du Bloc de l’Est. La coopération entre les polices politiques communistes (1956-1990)

Le thème de l’histoire des circulations et des connexions exerce actuellement une incontestable séduction sur l’écriture de l’histoire. Au-delà de l’effet de mode de ce paradigme en lien avec le processus accéléré de globalisation, l’échelle transnationale nous semble pertinente pour analyser toute une série de logiques et de processus à l’œuvre au sein du « Bloc de l’Est », notamment à partir des années 1970 dans un contexte international de détente et d’ouverture partielle de la « communauté socialiste » d’Europe centrale et orientale. L’étude du transnational vise à faire apparaître un réseau d’interrelations dynamiques, dont les composantes sont en partie définies à travers les liens que les polices politiques entretiennent et les articulations qui structurent leurs positions au sein d’un ensemble géopolitique dominé par l’Union Soviétique.

 

A partir d’un croisement de sources est-allemandes et polonaises, ce projet de recherche repose sur la problématique suivante : dans quelle mesure la coopération entre les polices politiques du Bloc de l’Est a-t-elle débouché sur l’émergence d’une forme d’intégration communiste ?

biographie

Après l’obtention de l’agrégation d’histoire en 2001, un doctorat sur l’école en RDA et une expérience d’enseignement dans le secondaire, je suis devenu en 2008 maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rennes 2. Le choix de l’université correspondait à ma volonté d’allier la pratique de l’enseignement et la passion de la recherche scientifique.
Je suis historien, spécialiste de l’Europe au XXe siècle. Mes champs de compétence couvre en priorité les Allemagnes au XXe siècle et l’histoire du communisme en Europe centrale et orientale, ce qui me permet d’avoir une excellente insertion scientifique en Allemagne, en Pologne, en Tchéquie et en Roumanie.

 

Je m’intéresse également à la question des cultures mémorielles en Europe et plus précisément à la concurrence des mémoires de la Shoah et du Goulag dans l’Europe élargie, ce qui m’a déjà amené à réfléchir à la plus-value de pratiquer l’histoire comparée voire l’histoire transnationale.

 

A cela s’ajoute une formation intellectuelle marquée pendant mon doctorat d’histoire par une hybridation franco-allemande et une réelle pratique de l’interdisciplinarité. Le Centre Marc Bloch de Berlin, où je suis depuis 2008 chercheur associé, avait constitué à l’époque où j’étais doctorant (2003-2006) un lieu idéal pour compléter ma démarche d’historien par une ouverture à l’historiographie allemande, à la sociologie, à la science politique et à l’anthropologie.

institut