Cristina Ciucu

Cristina Ciucu

dates de séjour

01/10/2010 - 30/06/2011

discipline

Philosophie

fonction

Chercheur

organisme

École des hautes études en sciences sociales, EHESS

pays d'origine

Roumanie

projet de recherche

Sionisme politique et anti-sionisme religieux : à la recherche d’une identité, redéfinir la nation

Par le truchement d'une analyse des principaux textes de l'antisionisme religieux - de Isaac Breuer, R. Yoel Teitelbaum et R. Hayim Shapira de Munkacs - ainsi que de plusieurs textes représentatifs du Sionisme politique, par une mise attentive en contexte et en contraste, je me propose de démarquer les définitions antagonistes de l`identité, la façon dans laquelle ces perspectives radicalement opposées se légitiment et quelques unes de leurs implications dans la sphère sociale et politique.

 

Cet essai de reconstruire en déconstruisant le processus de définition identitaire dans les cas de deux positions opposantes suit trois axes :

I. Peuple versus Nation : une définition « traditionnelle » du « peuple » juif comme opposée à la définition nationale constituée à la fin du dix-neuvième siècle.

 

II. Messianisme religieux versus l’Etat Juif: le devenir de cette idée extrèmement complexe, telle qu’elle est reflétée dans les interprétations religieuses contemporainres, en contraste avec ses métamorphoses dans l’idéologie politique sioniste.

 

III. Terre Sainte versus Colonialisme: le rôel joué par lan otion religieuse de "terre sainte" dans le discours du Sionisme politique, contrasté avec le discours anticolonial - qui rencontre les discours postcoloniaux contemporains - de l’antisionisme religieux.

biographie

Après des études de lettres et philosophie à l'Université de Bucarest, Cristina Ciucu obtient un doctorat en philosophie/études juives à l'Université Lyon 3 en co-tutelle avec l’Université de Bucarest et l’Inalco (Paris).

 

Chargée de cours à l'université de Bucarest entre 2004 et 2008, elle effectue des stages d`études et de recherches à Tel Aviv, Jérusalem, Paris, Lyon et Oxford. Elle poursuit actuellement ses recherches à l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris).

 

Ses domaines de recherche principaux sont : la mystique juive médiévale, la question de la théodicée dans la philosophie médiévale, le hassidisme Satmar, l`antisionisme religieux.

 

Sa thèse intitulée Le mal qui fonde Dieu. La redécouverte des origines et le dépassement des théodicées (version révisée de la thèse doctorale), est à paraître dans la collection « Studies in Jewish History and Culture » de Brill Publishing House, Leiden/New York.

vidéos

institut