Murat Çizakça

Murat Çizakça

dates de séjour

16/05/2011 - 31/05/2011
01/02/2015 - 31/03/2015

discipline

Économie

fonction

Chercheur

organisme

International Centre for Education in Islamic Finance (INCEIF), Malaisie

pays d'origine

Turquie

projet de recherche

Une histoire des fondations philanthropiques islamiques

Projet de recherche 2014-2015 : « Une histoire des fondations philanthropiques islamiques »

Prof. Murat Çizakça a publié en 2000 un ouvrage à succès sur les fondations de bienfaisance islamiques (awqaf ou waqf) : A History of Philanthropic Foundations: Islamic World from the Seventh Century to the Present (‘Une histoire des fondations philanthropiques: le monde islamique du viie siècle à nos jours’). Beaucoup de choses ont changé depuis dans le milieu de la philanthropie islamique. Il compte mettre à jour cet ouvrage et l’étoffer en y introduisant une dimension comparative avec la réalité européenne.

Murat Çizakça a personnellement contribué à cette évolution de la philanthropie islamique. Il est par exemple impliqué dans l’écriture de la nouvelle loi malaise sur les waqfs, et a été invité par le Directeur Général des waqfs de Turquie à expertiser la nouvelle législation sur les waqfs préparée conjointement par la Division recherche de la Banque Islamique de Développement, l’IRTI et la Kuwait Foundation. Ces nouvelles lois vont sans aucun doute ouvrir dans un futur proche de nouvelles voies à la philanthropie islamique.

Ces développements, et de nombreux autres, doivent être incorporés dans la nouvelle version de l’ouvrage. Pendant son séjour à l’IEA de Nantes, Murat Çizakça pourra faire les recherches en bibliothèques nécessaires à son travail et s’intéresser de près aux fondations européennes.

 

Projet de recherche 2010-2011 : Islam, capitalisme et finance : Les origines, évolution et le futur

"Le jour où j’ai rencontré le regretté Dr Ahmad Al-Naggar, « le père de la finance islamique » au printemps de 1982, s’est avéré être un tournant dans ma vie. J’étais à ce moment un jeune docteur formé en histoire économique comparative. Dr. Al-Naggar m’a présenté la finance islamique. Depuis lors, combiner ces deux disciplines a fait partie intégrante de ma vie universitaire.

 

En tant qu’historien économiste comparatiste, j’ai deux objections fortes sur la manière dont l’économie et les finances islamiques sont actuellement étudiées. Tout d’abord, je m’oppose avec véhémence à l’argument selon lequel la finance islamique a juste quarante ans. Certainement pas, en fait elle date de quinze siècles ! Deuxièmement, j’objecte, avec la même véhémence, à la conventionnalisation de l’économie et de la finance islamique. Je suis convaincu que beaucoup de cette conventionalisation n’existe que parce que les experts financiers ne sont tout simplement pas au courant des réalisations de leurs ancêtres. L’ignorance de ces réalisations conduit à des complexes d’infériorité et à un processus très dynamique d’emprunt institutionnel. Ce processus est tellement dynamique qu’une bonne partie de la finance islamique moderne se résume à la lutte sans fin entre les experts de la finance qui essayent d’imiter les instruments occidentaux d’un côté et de l’autre les autorités de la Charia qui tentent de les contrôler. Un des principaux objectifs de ce livre est de relier l’histoire économique et financière islamique non seulement au présent, mais même à l’avenir, et donc de réduire ainsi les emprunts institutionnels à l’essentiel, afin de préserver l’authenticité de l’économie et de la finance islamiques.

 

Comme le professeur Abbas Mirakhor je pense que les principes, les lois et les fondations théoriques de l’économie islamique sont déjà inscrits dans les sources classiques de l’islam. Par conséquent, la recherche actuelle sur l’économie islamique doit se concentrer non pas tant sur la théorie, mais sur son application. Ce livre se concentrera, d’abord, sur les principes puis sur leur mise en œuvre par les institutions. Une analyse objective de l’évolution de l’économie et des institutions financières islamiques et des conséquences de cette évolution constitue une partie essentielle de ce livre. L’accent mis sur les conséquences de l’évolution nous amène inévitablement à des propositions de réforme et donc à l’avenir. C’est pourquoi le passé, le présent et l’avenir sont organiquement liés dans ce livre. Certains lecteurs pourront trouver les variations soudaines et massives à travers les siècles un peu dérangeantes alors je leur présente mes excuses à l’avance et sollicite leur indulgence.

 

J’aurais pu appeler ce livre : Economie et Finances Islamiques : une approche historique. En fait, certains de mes collègues m’avaient pressé de le faire. J’ai choisi le titre actuel pour deux raisons : d’abord, comme mentionné ci-dessus, ce n’est pas un livre sur la théorie, mais sur les applications concrètes. L’intituler Économie Islamique aurait donné une fausse impression. Deuxièmement, et plus important encore, mes recherches tout au long de ma vie m’ont convaincu que le grand dessein économique prévu dans les sources classiques de l’islam était capitaliste. Oui, un système capitaliste qui a précédé celui de l’ouest de plusieurs siècles. C’est ce capitalisme et ces institutions qui ont traduit les principes économiques et financiers consacrés par les sources classiques dans la vie quotidienne.

 

Que les musulmans contemporains soient en mesure de moderniser leurs institutions historiques et de les mobiliser pour leur développement économique reste à voir. Il est à espérer que ce livre contribuera à leurs efforts en proposant la façon dont cela peut être fait."

biographie

Professeur Murat Cizakca a obtenu son baccalauréat en économie de l’Université de Leicester en Angleterre (1968) puis son MA et doctorat, également en économie, de l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis (1978). Sa spécialisation principale est l’histoire économique et il est connu pour son application des principes de l’histoire économique à la finance et aux affaires islamiques. Il a enseigné dans les universités de Bogazici, Koc, Fatih et Bahcesehir à Istanbul et aussi plus récemment à l’Université Ludwig Maximilian de Munich, en Allemagne. Il est un ancien boursier de l’Institut d’études avancées (Wissenschaftskolleg) de Berlin et est membre du Comité exécutif (Giunto) de l’Istituto di Storia Economica, F. Datini, à Prato, en Italie.

 

Il est l’auteur de A Comparative Evolution of Business Partnerships: Islamic World and Europe with Specific Reference to the Ottoman Archives (Leiden: EJ Brill, 1996), A History of Philanthropical Foundations: Islamic World from the Seventh Century to the Present (Istanbul: Bogazici University Press, 2000). Il a aussi publié plus de 50 articles dans les principales revues savantes.

institut