Secil Dagtas

Secil Dagtas

dates de séjour

01/09/2017 - 30/06/2018

discipline

Anthropologie

fonction

rofesseure assistante

organisme

University of Waterloo

pays d'origine

Canada

projet de recherche

La religion à travers les frontières : une étude ethnographique des relations des minorités refugiées le long de la frontière turco-syrienne

Programme fléché : Chaire UNESCO « Mémoire, cultures et Interculturalité » (UCLY)

 

Appuyé sur une recherche de terrain dans la province de Hatay au sud de la Turquie, près de la frontière syrienne, ce projet s’intéresse à la manière et aux raisons pour lesquelles la religion pèse sur les politiques frontalières au Moyen-Orient. Il repose sur des sources archivistiques, de l’observation participante et des entretiens ethnographiques pour étudier les relations sociales entre les Syriens réfugiés et les minorités religieuses turques qui vivent le long de la frontière, en particulier les alaouites arabophones ou les chrétiens orthodoxes. Cette recherche montre que, à la différence d’autres lieux où des Syriens sont arrivés, la catégorie du « réfugié syrien » de Hatay ne constitue pas une identité unifiée marquée par une nationalité. Au contraire, cette catégorie recouvre des subjectivités multiples organisées autour de la religion et négociées par des interactions sociales – avec des personnes soulignant certains aspects de leur religion par rapport à d’autres selon le contexte d’interaction. Pour établir le cadre historique pour comprendre ces négociations, la recherche s’intéresse à la manière dont les catégories légales de « minorité » et de « réfugié » ont été produites en relation avec des conceptions particulières de la différence religieuse dans le contexte des relations coloniales et de la construction nationale au Moyen-Orient. Annexé à la Turquie à partir du mandat français en Syrie, quinze ans après la fonction de l’État national turc, le Hatay présente un contexte unique pour démêler le processus en cours de déplacements au croisement des régimes de gouvernance colonial, national et local. En faisant attention aux contingences historiques et aux formes vernaculaires de la différence religieuse en Hatay, cette étude problématise la figure universellement déshistoricisée du « réfugié », la logique sédentaire des frontières nationales et les citoyennetés associées qui sous-tendent ensemble les régimes internationaux d’asile. Elle apporte également une explication alternative à la politique frontalière, qui considère les frontières comme des sites spatio-temporels de négociation entre des groupes locaux et des États, mais aussi entre des personnes différenciées et regroupées sur la base de leur religion et citoyenneté.

biographie

Seçil Daǧtaș est professeure assistante d’anthropologie à l’Université of Waterloo (Canada). Elle est titulaire d’une licence de sociologie de l’université Boǧaziçi (Turquie), d’un master d’anthropologie sociale de l’Université de York (Canada) et d’un doctorat en anthropologie de l’Université de Toronto (Canada). Ses recherches portent sur les formes quotidiennes de sécularité, de frontières et de limites, et sur la diversité religieuse et la politique du genre au Moyen Orient. Elle a publié des articles sur les paradoxes genrés du sécularisme turc (2009, 2011, 2016), la politique culturelle de résistance (2012), et les activités politiques humoristiques des mouvements protestataires du parc Gezi à Istanbul (2012, 2016). Son projet de livre, Under the Same Sky: Tolerance, Secularism, and Religious Difference in Turkey’s Border with Syria, porte sur les conditions de la coexistence religieuse à l’intersection du pouvoir séculier et de la gouvernance islamique. Fondé sur un travail de terrain ethnographique sur la frontière dans la province turque de Hatay, où les musulmans hanafites et alaouites se mélangent avec des juifs arabes et des chrétiens orthodoxes, ce projet apporte une compréhension de la manière dont l’identité religieuse contribue à la construction nationale, et dont les États modernes gouvernent la diversité religieuse. S. Daǧtaș a également commencé un nouveau projet dans les villes frontalières de Hatay pour y étudier l’impact de la guerre civile syrienne et de l’arrivée des réfugiés. Cette recherche souligne l’importance des réseaux religieux dans les espaces de sociabilité qui à la fois soutiennent et restreignent les Syriens réfugiés en Turquie en l’absence de procédures légales d’asile. La recherche de S.Daǧtaș a été financée par de nombreuses bourses comme la Social Sciences and Humanities Research Council Vanier Scholarship, la Connaught Scholarship, et  le Robert Harding/Claxton Endowment Fund. Son travail a également été reconnu en 2015 par un Sakip Sabanci International Research Award pour sa contribution aux études turques.

institut

01/12/2006