Adrian Macey

Adrian Macey
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/01/2019 - 30/06/2019
01/10/2019 - 31/12/2019

discipline

Sciences politiques

Fonction d’origine

Professeur

Institution d’origine

Université Victoria de Wellington (Nouvelle-Zélande)

pays d'origine

Nouvelle-Zélande

projet de recherche

L’évolution d’un nouveau modèle de gouvernance face au défi du changement climatique

Le projet prendra comme point de départ l’Accord de Paris sur le changement climatique (2015). Le projet permettra de reprendre et d’approfondir des thèmes que j’ai abordés au cours des années récentes. Le projet s’articule autour de trois axes :

1. Le rôle de la science (la façon dont les conclusions du GIEC/IPCC ont été assimilées et utilisées par les responsables politiques et les décideurs, et les obstacles à la mise en œuvre de mesures appropriées. La question du “policy relevant” par rapport au “policy prescriptive”, selon la terminologie du GIEC) ;

2. La place des acteurs non-étatiques dans la nouvelle donne représentée par l’Accord (les entreprises, les collectivités locales et la société civile) ;

3. Le nouveau modèle de gouvernance mondiale du climat qui est en train de naître (signification pour l’évolution du droit international, pertinence à d’autres questions relevant du patrimoine commun de l’humanité, les acteurs non-étatiques, questions de responsabilité, les nouvelles alliances de pays).

L’idée est d’aboutir à une synthèse qui sera utile tant dans le domaine du changement climatique que pour d’autres enjeux globaux. Dans ce contexte, ce projet de recherche vise à interroger deux concepts, celui de loi et celui de vie. Premièrement, comment la loi peut-elle être définie et que signifie être en marge de la loi ? Deuxièmement, qu’entendons-nous par la notion de « vie » et qu’est-ce qui constitue une vie ?

biographie

Après des études de sciences et de lettres dont un doctorat sur Denis Diderot, Adrian Macey a fait carrière aux Affaires étrangères. A ses débuts, il a passé une année comme élève étranger à l’École nationale d’administration (Promotion Pierre Mendès France), où il fut le premier élève néo-zélandais. Au cours de sa longue carrière diplomatique, il a été en poste à Paris, Apia, Genève, et Bangkok, dont deux fois comme ambassadeur (Bangkok et Paris). À Wellington, il été Directeur des ressources humaines pendant quatre ans et plus tard Chief Trade Negotiator, responsable des questions relatives à l’Organisation mondiale du commerce et de toutes les négociations commerciales bilatérales et multilatérales pour la Nouvelle-Zélande. En 2006, il a été nommé Ambassadeur pour le changement climatique. Il a quitté les affaires étrangères en 2010, pour servir ensuite comme vice-président puis président des négociations sur le Protocole de Kyoto. Depuis 2010, il travaille à l’université Victoria de Wellington, comme Adjunct Professor au New Zealand Climate Change Research Institute de la School of Geography and Earth Sciences, et comme Senior Associate à l’Institute for Governance and Policy Studies de la School of Government. Il est également président du Conseil d’administration du New Zealand Centre for Global Studies, un institut indépendant de recherche et de réflexion. Il a également été membre ou président de plusieurs panels dans le système de règlement des différends du GATT et de l’OMC. Ses sujets de recherche comprennent notamment les politiques climatiques, les liens entre la science et la politique, la gouvernance internationale, et les relations commerciales.

institut