Tejaswini Niranjana

Tejaswini Niranjana

dates de séjour

01/04/2011 - 30/06/2011

discipline

Littérature

fonction

Senior Fellow

organisme

Centre for the Study of Culture and Society, Bangalore, Inde

pays d'origine

Inde

projet de recherche

Histoire de la voix

Ce nouveau projet est venu de mon travail sur "Les Caraïbes, Mobiliser l’Inde: les femmes, les migrations et la musique entre l’Inde et la Trinité", Duke University Press, 2006. Voir http://mobilizing-india.cscsarchive.org

 

Le thème central du livre est « la question de la femme » telle qu’elle se dégage à travers la mobilisation de l ’«indianité» et d’autres notions apparentées sur la région, l’ethnie ou la race. L’enchevêtrement des questions de genre avec la formation et l’affirmation de différents types d’identités à la Trinité et de l’Inde est ici exploré. L’analyse comporte un volet historique et un autre plus contemporain, celui-ci étant véhiculé par la musique populaire deTrinidad.

 

Les chapitres traitant de la musique analysent l’incantation de « l’Indien » dans la chanson populaire de Trinidad dans le cadre des débats sur la sexualité et l’identité culturelle. Les musiques vont de ce qui s’est généralement appelé «chutney» (y compris les chants et rythmes issus du folklore bhojpuri d’un côté, et les rythmes Trini anglais et afro-caraibes de l’autre) à la Calypso ou Soca. Les femmes Est-indiennes, qu’elles soient des artistes ou des personnages racontés, sont au cœur de cette musique, avec leur centralité commentée, critiquée ou célébrée par les différents interlocuteurs de la discussion. Issu des chansons de mariage populaires des indiens du Nord, le chutney - à l’origine dans le bhojpuri / Hindi - a commencé à être chanté avec ajout de paroles en anglais très tôt par les migrants indiens. Etant une forme de danse particulière, le chutney est devenu un événement public dans les années 1980. Au lieu d’être un spectacle vu par un public, comme les formes anciennes de "danse indienne", le chutney se danse dans une forme participative du public tant pour les hommes que les femmes. Je me concentre sur les promoteurs principaux du chutney-soca, en particulier le flamboyant et controversé Drupatee Ramgoonai. Dans une section intitulée «Le corps dans la voix", j’essaie de rendre compte des inquiétudes spécifiques que le chutney-soca semble évoquer.

 

Projet actuel :

 

Je m’intéresse à l’introduction au début du 20ème siècle (en provenance du nord de l’Inde) de la musique hindoustanie dans les quartiers nord de ce qui allait être appelé l’Etat de Karnataka après l’indépendance, et dans la "voix" de la chanteuse contemporaine hindoustani Gangubai Hangal. Gangubai revendique une filiation musicale qui remonte à une école fondée par le légendaire chanteur Kirana Gharana Abdul Karim Khan de Dharwad. Sa mère était une chanteuse carnatique, et appartenait à la tradition devadasi (femmes qui se consacrent aux dieux). Je voudrais étudier les trajectoires de l’aspiration sociale, à l’époque où a commencé l’apprentissage de Gangubai en musique ,qui l’ont propulsée vers un style musical différent de celui de sa mère. Au centre de la recherche la question se pose de savoir comment une forme musicale indienne du Nord a pris de si profondes racines dans une société du Sud de l’Inde, sans apparente interaction historique avec une telle musique.

 

L’environnement linguistique de la région - avec des personnes parlant le Kannada, le Marathi et Konkani, et chantant en Bhojpuri-Hindoustani - n’avait manifestement pas d’équivalent dans d’autres régions indiennes du Sud. La musique dans cette région au début du XXe siècle semble avoir été un domaine d’investissement social élevé. Même les cabots Lingayât (les «monastères »de la secte sivaïte fondée au 12ème siècle) ont invité des chanteurs musulmans dans leurs locaux pour y vivre et enseigner la musique Hindoustan. Quelles sont les structures signifiantes portées par la voix, et comment des chanteuses comme Gangubai et de nombreuses autres femmes comme elle sont-elles devenues visibles dans la performance ? Est-ce que le fait de devenir visible impliquait un défi aux notions d’identité régionale (Kannada-Ness) qui prenaient forme en même temps et dans la même région de Bombay Karnataka ? Comment leur musique s’intègre t’elle à des idées nouvelles sur l’identité culturelle et linguistique, et est-ce que le fait de comprendre l’histoire de la voix a des conséquences sur les négociations culturelles/musicales actuelles ? Comment une telle enquête peut- elle contribuer à la théorisation contemporaine de la nation, le nationalisme et l’identité régionale ?

biographie

Tejaswini Niranjana (née en 1958) est Senior Fellow au Centre pour l’étude de la Culture et de la Société à Bangalore, Inde. Elle détient une maîtrise en anglais et esthétique (1981) de l’Université de Bombay, un MPhil en linguistique (1982) de l’Université de Pune, et un doctorat (1988) de l’Université de Californie à Los Angeles. Elle a enseigné pendant dix ans au département d’anglais de l’Université de Hyderabad avant de s’installer à Bangalore pour aider à mettre en place le Centre pour l’étude de la culture et de la société (CSCS) en 1998. CSCS offre un doctorat en études culturelles innovantes, le premier du genre en Inde, organisé et enseigné par Tejaswini Niranjana et ses collègues. Pour ses travaux de recherche, Tejaswini a reçu la bourse Homi Bhabha, la bourse Sephis, le Prince Claus Fund Award (deux fois), la bourse Rockefeller et Sawyer. Elle a passé trois mois en tant que chercheur invité à Berlin au Wissenschaftskolleg (2007). Ses publications incluent le récent « Mobilisation de l’Inde: les femmes, la musique et les migrations entre l’Inde et de la Trinité » (Durham, 2006) et « Déplacement de site : Histoire, le post-structuralisme et le contexte colonial » (Berkeley, 1992). Elle a co-édité « Interroger la modernité: la culture et le colonialisme en Inde » (Calcutta, 1993). En plus de son travail universitaire, Tejaswini est responsable de la cellule enseignement supérieur du CSCS, avec le mandat de créer et de collecter des fonds pour les programmes

institut