Saskia Abrahms-Kavunenko

Saskia Abrahms-Kavunenko
pas labex
pas Eurias
pas FIAS

dates de séjour

01/09/2023 - 31/01/2024

discipline

Anthropologie et ethnologie

Fonction actuelle

Chercheuse

Institution actuelle

Université de Copenhague

pays d'origine

Australie

projet de recherche

Toujours, déjà, entrelacé/impur : Le plastique et la religion sur l’île Christmas

Le projet mené par Saskia Abrahms-Kavunenko à l’Iméra, Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université, s’intitule « Toujours, déjà, entrelacé/Impur : Le plastique et la religion sur l’île Christmas ». Il explorera la manière dont les habitants de l’île Christmas, un territoire extérieur australien situé dans l’océan Indien, comprennent l’inondation de matériaux plastiques sur leurs plages et l’omniprésence de l’utilisation du plastique dans leur vie quotidienne. Bien que de plus en plus de plastiques aient été conçus pour être utilisés et jetés comme s’ils étaient essentiellement éphémères, les plastiques possèdent une matérialité qui persiste obstinément. En examinant comment les gens utilisent et sont submergés par des objets en plastique, ce projet étudiera comment les habitants de l’île Christmas perçoivent leur autonomie et/ou leur enchevêtrement dans un monde où les plastiques franchissent aisément les frontières grâce aux réseaux commerciaux et aux courants de l’océan Indien.

 

Les vies sociales du plastique

Depuis les années 1950, lorsque la production de plastiques à grande échelle a commencé, environ 9 milliards de tonnes de plastique ont été produites. Chaque année, environ 300 millions de tonnes de déchets plastiques sont générées, soit à peu près le poids combiné de l’ensemble de la population humaine. Cette production de déchets plastiques ne montre aucun signe de ralentissement. On prévoit que la production de plastique doublera au cours des 20 prochaines années. En plus d’être utilisés pour fabriquer des objets relativement durables, environ 47 % des plastiques étaient destinés à un usage unique en 2015.

 

L’île Christmas en tant qu’étude de cas unique

Sur l’île Christmas, les cycles temporels sont en partie définis par les arrivées mensuelles de nourriture emballée sur les navires et les arrivées bihebdomadaires des avions transportant des aliments frais, des habitants locaux, des travailleurs, des touristes et des médicaments. Le calendrier lunaire détermine des connexions temporelles profondes pour les communautés chinoises et malaises locales, notamment en marquant Hari Raya et le Ramadan, ainsi que le Nouvel An chinois et les festivals qui offrent des présents aux ancêtres de l’île et à ceux piégés dans le royaume des esprits affamés. Avec le début de la saison des pluies et en suivant les cycles de la lune, la migration des crabes rouges, une espèce endémique de l’île, voit environ 60 millions de crabes rouges se déplacer à travers l’île pour s’accoupler et pondre leurs œufs. Cette migration de crabes dure deux mois et modifie la vie sur l’île.

 

Lorsque les moussons d’Indonésie se calment, la saison sèche renforce le courant océanique indonésien appelé « Indonesian Throughflow », ce qui détermine la quantité de déchets plastiques que les courants apporteront pour inonder les plages orientales de l’île. Une grande partie des déchets qui flottent sur les plages de l’île Christmas sont à usage unique, notamment les emballages de nouilles instantanées, les bouteilles d’eau et les gobelets jetables. Des articles plus usagés, tels que des jouets, des tongs, des cordes de pêche et des brosses à dents, font également partie des déchets qui voyagent avec les courants océaniques pour se retrouver sur les plages. Alors que les habitants humains de l’île dépendent de la nourriture emballée importée, enveloppée de plastique et contenue dans des boîtes doublées de plastique, sa faune est perturbée par l’inondation de plastiques sur les plages. Ces déchets peuvent, par exemple, bloquer physiquement les tortues qui cherchent à creuser dans le sable pour y pondre leurs œufs et affecter le sexe de leur progéniture en modifiant la température du sable.

 

Le projet de Saskia à l’Iméra lui permettra de poursuivre ses recherches récentes sur l’île Christmas. Pendant son séjour à l’Iméra, elle étudiera plus en profondeur les conséquences sociales et matérielles de la vie parmi les plastiques, une réalité qui nous concerne tous.

biographie

Anthropologue et auteure de Enlightenment and the Gasping City (Les lumières et la ville haletante), elle est actuellement chercheuse au sein du Center for Contemporary Buddhist Studies à l’Université de Copenhague. Son travail se situe à l’intersection des changements environnementaux et des pratiques culturelles, dans des contextes multi-échelles et trans-espèces. Elle a réalisé des recherches approfondies sur le bouddhisme et d’autres traditions religieuses en Mongolie, en Australie et en Inde, en particulier en ce qui concerne l’incertitude, la pollution et le monde plus que humain.

 

Son projet de recherche intitulé « Impermanent – Imperishable: Plastics and Praxis among Buddhists in Oceania » (Impermanent – Impérissable : Les plastiques et la praxis chez les bouddhistes en Océanie) examine comment les bouddhistes en Océanie font face à la perméabilité radicale et à la toxicité au milieu des écosystèmes changeants de la planète. Elle a mené des projets de recherche à l’Université d’Édimbourg, à l’Université d’Erfurt, à l’Université de New York à Shanghai et à l’Institut Max Planck d’anthropologie sociale. Elle est co-fondatrice de « Cenote », un programme de résidence multidisciplinaire itinérant.

 

 

Saskia Abrahms-Kavunenko‘Toward an Anthropology of Plastics’. 2023. Journal of Material Culture. 28,1: 3-23.

 

Saskia Abrahms-KavunenkoEnlightenment and the Gasping City: Mongolian Buddhism at a Time of Environmental Disarray. 2019, Cornell University Press.

 

Bjorn Reichhardt and  ‘Plastic Purity and Sacred Dairy: Microbes, Vitality and Standardisation in Mongolian Dairying’. 2022. The Copenhagen Journal of Asian Studies, 40, 1: 66-90.