Penka Stateva

Penka Stateva
labex
Eurias

dates de séjour

01/09/2018 - 30/06/2019

discipline

Sciences du langage et linguistique

Fonction d’origine

Professeure associée

Institution d’origine

Université de Nova Gorica (Slovénie)

pays d'origine

Slovénie

projet de recherche

REPENSER LES QUANTIFICATEURS DES LANGUES NATURELLES : UNE NOUVELLE APPROCHE INTÉGRANT LA SÉMANTIQUE FORMELLE, LA PRAGMATIQUE ET LA PSYCHOMÉTRIE

L’approche sémantique standard analyse la signification des déterminants tels que quelques, peu, beaucoup, la moitié, la plupart, etc. en terme de relation entre des ensembles d’individus. e.g. le déterminant quelques, comme dans "quelques ballons sont rouges", met en relation l’ensemble des ballons et l’ensemble des objets rouges pertinents de telle façon que l’intersection entre les deux ensembles est non-vide pour que la phrase soit vraie dans une situation donnée. Les théories pragmatiques traditionnelles expliquent la signification de l’expression quantificatrice en faisant intervenir un composant additionnel, bien qu’optionnel, qui enrichit la proposition à laquelle il appartient avec des inférences pragmatiques. La signification pragmatiquement enrichie de la phrase ci-dessus est "quelques et pas tous les ballons sont rouges". Un processus d’enrichissement similaire s’applique à tous les items de l’échelle quantificationnelle fermée qui ne sont pas situés aux extrémités. De précédentes recherches expérimentales sur la dimension « psychométrique » des quantificateurs ont établi l’existence d’un lien entre un quantificateur et une certaine série de valeurs numériques. Les représentations numériques des quantificateurs peuvent être formulées, par exemple, comme des fonctions utilisées dans la logique floue. D’une part, cependant, une généralisation empirique concernant les représentations numériques des quantificateurs fait défaut à l’approche sémantico-pragmatique. D’autre part, l’approche psychométrique n’est pas compatible avec l’approche traditionnelle de sémantique compositionnelle qui dénie le concept de vérité partielle. Les principaux objectifs de cette recherche sont a) d’étudier le rôle des composants numériques dans la définition linguistique d’un quantificateur (vague) en le décrivant et l’expliquant de manière adéquate d’un point de vue cross-linguistique ; et b) d’établir les fondements d’une nouvelle théorie concernant la manière dont on perçoit, comprend et utilise les expressions quantificationnelles vagues dans le discours ordinaire, en intégrant efficacement leurs aspects sémantiques, pragmatiques et psychométriques.

biographie

Penka Stateva est professeur titulaire en linguistique au Centre des Sciences cognitives du Langage de l’université de Nova Gorica, Slovénie. Son domaine principal de recherche concerne la sémantique formelle, la pragmatique (expérimentale) et l’interaction entre la syntaxe et la sémantique. Ses sujets de recherches incluent la sémantique des constructions comparatives, le degré et la quantification, le flou et l’approximation ainsi que les mécanismes d’enrichissement pragmatique. Elle a obtenu son doctorat en linguistique à l’université du Connecticut, États-Unis, en 2002. Avant d’obtenir son poste à l’université de Nova Gorica, elle a travaillé en tant que chercheur à l’université d’Humboldt, au Centre de Linguistique générale (ZAS) de Berlin, à l’université de Tübingen ainsi qu’à l’université de Constance. Ses recherches ont été financées par différentes bourses nationales ou projets européens. Depuis 2014, elle a contribué à une série d’études collaboratives portant sur différents aspects linguistiques et cognitifs du bilinguisme sur le projet de grande ampleur ATHEME (www.atheme.eu) financé par le 7e programme-cadre de l’Union européenne.

institut

01/12/2006