Melchidesek Chétima

Melchidesek Chétima
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2018 - 30/06/2019

discipline

Histoire moderne

Fonction d’origine

Postdoctorant

Institution d’origine

Université d’Ottawa (Canada)

pays d'origine

Canada

projet de recherche

L’Histoire qui se répète ? Boko Haram, esclavage et Haman Yadji : dynamiques, points communs et évolution de la violence dans les zones frontalières des monts Mandara

Ce projet ambitionne d’analyser l’émergence de Boko Haram au Nigéria et les facteurs qui ont aidé à son implantation dans les monts Mandara, zone frontalière entre le Cameroun et le Nigéria. L’argument avancé est que Boko Haram n’est pas seulement une manifestation contemporaine du terrorisme, mais relève d’un modèle historique dont on peut identifier les formes depuis au moins le xve siècle, notamment dans les royaumes esclavagistes du Kanem et du Borno. Il est essentiel d’intégrer cette dimension historique pour comprendre les intentions des activistes de Boko Haram à rétablir la charia, et ceci pour au moins trois raisons: primo, le contexte historique de la pratique de l’esclavage et du djihad est significatif pour Boko Haram et lui sert de point de référence doctrinal et discursif pour le recrutement des jeunes montagnards et/ou pour leur massacre et enlèvement (Higazi, 2015) ; secundo, l’empire historique du Kanem-Borno et le califat de Sokoto sont vus par Boko Haram comme l’âge d’or du mouvement djihadiste (MacEachern, 2015); tertio, l’occupation des monts Mandara ravive les anciennes fractures du passé servile précolonial entre proies et prédateurs d’hier, sur lesquelles il est nécessaire de réfléchir et de porter l’analyse (Seignobos, 2015). Le projet de recherche vise à montrer que l’implantation de Boko Haram dans les monts Mandara s’est greffée sur les réalités omniprésentes de violence et sur la difficile situation socio-économique des montagnards, en particulier à partir du début des années 1960, forcés de descendre dans la plaine sous les pressions des deux États postcoloniaux du Nigéria et du Cameroun. Elle a réactivé la vision négative portée sur la colonisation et sur l’État postcolonial, à tel point que les clichés coloniaux projetés sur les montagnards et la volonté des gouvernements post-coloniaux de les faire descendre dans la plaine sont aujourd’hui mobilisés pour justifier l’identification au discours anti-occidental et anti-étatique de Boko Haram.

biographie

Melchisedek Chetima bénéficiaire d’un postdoctorat Gordon F. Henderson à l’université d’Ottawa. Ses recherches portent sur le contexte historique de Boko Haram, incluant les parallèles et les différences entre la période esclavagiste, durant laquelle les montagnes Mandara du nord du Cameroun étaient la cible de chasseurs d’esclaves musulmans, et la situation actuelle, dans laquelle Boko Haram déploie son appareil envers la même région. Chetima Melchisedek est auteur de plusieurs articles parus, entres autres, dans African Studies Review, Africa Spectrum, Historical Journal et Cambridge Archaeological Journal. Il prépare actuellement l’édition d’un numéro spécial du Canadian Journal of African Studies sur le thème de Boko Haram.

institut