Luciana Gabriela Soares Santoprete

Luciana Gabriela Soares Santoprete
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2013 - 30/06/2014

discipline

Philosophie

Fonction d’origine

Chercheuse associée

Institution d’origine

LabeEX-HASTEC, Paris (France)

Fonction actuelle

Chercheuse

Institution actuelle

Université de Bonn (Allemagne)

pays d'origine

Brésil

projet de recherche

Philosophie et Gnosticisme dans l’Antiquité Tardive

Ce projet vise à développer et élargir la base de données et le répertoire bibliographique consacrés à résoudre les problèmes épistémologiques de la recherche actuelle concernant les rapports entre philosophie et gnosticisme. Cette base de données et ce répertoire bibliographique permettront de rassembler l’ensemble des travaux afférents, explorer systématiquement les parallèles thématiques et lexicaux entre ces pensées, analyser les principaux termes, thèmes et textes jusqu’à présent étudiés ainsi que la reprise et/ou l’originalité des arguments des spécialistes au cours de l’histoire intellectuelle et les raisons historiques de leurs approches. Ces deux instruments de travail inédits fournissent ainsi une “cartographie” de l’histoire des études sur les liens entre philosophie et gnosticisme et offrent à la communauté scientifique la possibilité de réaliser des recherches croisées entre les corpus philosophiques et gnostiques portant sur le vocabulaire, les doctrines et la bibliographie. Ils contribuent donc à faire avancer les recherches et à ouvrir également de nouvelles perspectives dans la recherche philosophique sur le débat qui animait non-chrétiens et chrétiens dans l’Antiquité. L’originalité de la méthodologie développée pour la mise en place de la base de données sert de modèle pour d’autres bases équivalentes en sciences humaines. Pluridisciplinaire et plurilingue, ce projet concerne un public très large : les historiens de la philosophie de l’Antiquité classique et tardive et du christianisme dans toute sa diversité.

biographie

Luciana Soares est docteur en philosophie par l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE, Section des Sciences Religieuses, Paris), ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Pise et de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro. Attaché temporaire d’Enseignement et de Recherche d’abord à l’EPHE (Section des Sciences Religieuses) puis au Collège de France (Institut d’Histoire des Christianismes Orientaux), elle se consacre depuis longtemps à l’étude de l’histoire de la philosophie et des courants religieux de l’antiquité - en particulier la période impérial et les courants platoniciens païens et chrétiens à savoir, respectivement, le médio- et néoplatonisme, et le gnosticisme - et à l’étude de la transmission et réception des textes (édition, traduction et commentaire de textes grecs et coptes). Chercheur associé au Centre Jean Pépin (UPR 76, CNRS, Paris) depuis 2011 et au Laboratoire d’Etudes sur les Monothéismes (LEM, UMR 8584, CNRS, Paris) depuis 2001, elle a été lauréate en 2011 d’une bourse post-doctorale au Laboratoire d’Excellence Européen d’Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances (LabEX-HASTEC) à Paris. Ses recherches portent sur la polémique entre païens et chrétiens dans les premiers siècles de notre ère et sur la contribution des courants religieux à l’histoire du platonisme.. Elle a dirigé le projet européen « The ‘Dark Side’ of Late Antiquity. Esoteric currents and their influence in the Spirituality of Late Antiquity » et a crée en ligne la base de données et le carnet de recherche « Les Platonismes de l’Antiquité Tardive » (https://philognose.hypotheses.org et http://philognose.org). Son dernier livre s’intitule « Langage des dieux, langage des démons, langage des hommes dans l’Antiquité » (Brepols 2017).

institut

01/04/2008