Fernando Rosa Ribeiro

Fernando Rosa Ribeiro
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2015 - 31/03/2016

discipline

Anthropologie et ethnologie

Fonction d’origine

Chercheur

Institution d’origine

Université de Stellenbosch (Afrique du Sud)

pays d'origine

Brésil

projet de recherche

Des tombes, des chroniques, et des étrangers : cosmopolitisme et créolisation dans l’océan Indien, le Sahel et le Sahara

Ce projet de recherche se propose d’explorer deux concepts complexes, à multiples facettes, à savoir le cosmopolitisme et la créolisation, au travers de certains textes historiques provenant, d’une part, de diverses parties de l’océan Indien et, d’autre part, de certaines parties du Sahel et du Sahara. Il vise également à étudier les lieux de leur production et de leurs communautés d’origine, dans la perspective du cosmopolitisme et de la créolisation. Ce projet est basé en partie sur un travail de terrain effectué sur le littoral de l’océan Indien, en particulier à Melaka et au Kerala, en partie sur l’étude de divers textes locaux, écrits notamment en arabe, en malais et en portugais. En outre, il étend le champ de la recherche précédente à un autre site de l’océan Indien, à savoir, la côte swahilie, ainsi qu’à certaines parties du Sahel et du Sahara, en particulier Tombouctou, Gao, Agadez, et les régions avoisinantes. Dans cette phase de la recherche, des histoires et des textes sahélo-sahariens seront plus spécifiquement examinés.

biographie

Fernando Rosa Ribeiro est un anthropologue et historien brésilien qui a travaillé sur les sociétés de l’océan Indien (Afrique du Sud, Goa et le Kerala en Inde, aussi que la Malaisie péninsulaire, Macao, et l’Indonésie), en plus des sociétés de l’Atlantique, comme le Brésil et certaines parties des Caraïbes. Il a étudié au Brésil et aux Pays-Bas. Il a également travaillé au Brésil, à Macao et en Malaisie. Il est maintenant chercheur affilié au département d’anglais, Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud, et vit actuellement en Malaisie, où il écrit et mène des études de terrain. Ses principaux domaines sont les études africaines et les études de l’océan Indien. Ses centres intérêts se situent dans le domaine des réseaux intellectuels océaniques et des langues associées, leurs processus de créolisation et le cosmopolitisme. Il s’intéresse en particulier à l’émergence concomitante à travers le temps des auteurs, des œuvres, des bâtiments et des sites historiques, en plus des communautés spécifiques, tous associés dans des réseaux océaniques diverses. Il travaille actuellement sur un manuscrit sur les résidents du Myanmar à Kuala Lumpur, en Malaisie, et leurs trajectoires cosmopolites. Il est en train de réviser le manuscrit d’un livre portant sur l’Afrique du Sud comme société créole dans l’océan Indien. Il mène en outre un travail journalistique sur les immigrants de Myanmar et la main-d’œuvre en Malaisie. 

institut