Felipe De Alba

Felipe De Alba

dates de séjour

15/09/2011 - 15/07/2012

discipline

Écologie

fonction

Postdoctoral fellow

organisme

Massachusetts Institute of Technology (MIT), Cambridge, États-Unis

pays d'origine

Mexique

projet de recherche

Governing natural resources in a context of climate change: Survival or adaptation in the face of water stress.

Depuis quelques décennies, l'Amérique latine a subi des transformations majeures qui affectent la vie sociale, politique et économique. Avec les nouvelles technologies, la mondialisation entraîne des changements dans « les façons de faire ». Ces innovations technologiques produisent des stratifications marquées entre ceux qui ont accès et ceux qui sont exclus de tous ces avantages (Bouguerra 2005; Li et Reveuny 2003). Dans les pays du Sud, la mondialisation se caractérise souvent par des programmes néolibéraux comme les privatisations ou l’imposition des critères de performance compétitive (Easterly et Servén 2003). Dans la plupart des cas, ces transformations ont lieu sans évaluer leurs conséquences sur l'environnement (Crabtree 2005) et sur les changements climatiques. C'est certainement le cas à Mexico et dans la plupart des villes du Sud.

 

Deuxièmement, la métropolisation dans le Sud a facilité la modernisation économique et la normalisation des critères de planification urbaine, mais elle a aussi produit un développement incontrôlé des périphéries urbaines (Davis, 1994; Pasteur, Benner, et Matsuoka 2009) et une augmentation exponentielle des conflits sociaux liés à la pauvreté, sur des questions telles que la délinquance, le travail informel, la dévastation de la biodiversité et la détérioration de la santé publique (Bodemer 2003; Dourojeanni et Jouravlev 2002; Iracheta 2002). Sans contrôle, la métropolisation dans le Sud Global apporte une demande pour des services publics hors de tous critères rationnels, ainsi que l'éclatement de l'équilibre entre les écosystèmes et, particulièrement, dans l'utilisation des ressources naturelles (De Alba 2008, 2009).

 

En Amérique latine, cette spirale reliant la croissance incontrôlée des périphéries urbaines (Sao Paulo, Mexico), avec une augmentation de la pauvreté et une détérioration de la santé publique (Lima, Buenos Aires) affecte gravement la disponibilité des ressources naturelles et leur durabilité. À Mexico, les changements climatiques prennent la forme de sécheresses, d'inondations, de l'épuisement des eaux souterraines, la surexploitation des terres et l'étalement urbain, et des glissements de terrain (Iracheta, 2002). Ces questions sont au sommet des agendas politiques nationaux et internationaux.

 

C'est à la fois provocateur et stimulant pour les chercheurs en sciences sociales. Mon objectif dans ce projet de recherche est d'analyser les tensions sociales et politiques résultant des changements climatiques et de l'utilisation des ressources naturelles dans les pays du Sud. Quelles sont les causes et les conséquences de ces tensions? Quelles sont les solutions proposées par les gouvernements et les sociétés par le biais des agences internationales? A travers la réalisation d’entretiens avec des acteurs clés des agences européennes, l'étude sera centrée sur les instruments politiques mis au point (par ces agences) pour atténuer les conséquences des catastrophes environnementales, telles que le subissent actuellement Mexico et d’autres villes du Sud. Le projet cherche à lier trois phénomènes d'importance majeure: le stress hydrique, la métropolisation et les changements climatiques. A partir de la perspective des métropoles du sud, cette recherche élabore une réflexion sur les conflits intergouvernementaux dans des contextes définis par la précarité des ressources naturelles.

 

 

 

Eurias LogoCe résident fait partie du programme de mobilité européenne EURIAS

 

Cette résidence a bénéficié d'une aide de l'État gérée par l'Agence nationale de la recherche dans le cadre des programmes d'Investissements d'avenir au titre du Laboratoire d'excellence RFIEA+.

biographie

Felipe de Alba est junior fellow du programme EURIAS (2011-2012) et stagiaire post-doctoral au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge (E.U.), jusqu'en novembre 2011. Il a obtenu son doctorat en Aménagement à l’Université de Montréal.

 

Il était fonctionnaire du gouvernement de la ville de Mexico (GDF) de 1997 à 2002 en matière de coordination métropolitaine et fonctionnaire du gouvernement fédéral (1992-1996) en planification stratégique.

 

Il a collaboré à la publication des livres : ’La construction des Amériques aujourd’hui. Regards croisés transnationaux et transdisciplinaires’ (2009), ’Regard sur les Jeunes et Dynamiques territoriales’ (2009) ’Flux et territoires, vers un monde sans états’ (2006), ’Le défi métropolitain’ (2004), et ’Regards croisés des Amériques’ (2010).

 

Il compte à son actif plus d’une vingtaine d’articles publiés dans des revues spécialisées touchant aux phénomènes métropolitains au Mexique et en Amérique latine. Il a collaboré aussi avec des journaux mexicains. Il est par ailleurs coordonnateur du Réseau continental interdisciplinaire de recherche sur les réseaux informels dans les espaces métropolitains (RECIM, www.recim.info) ; chercheur associé à la Chaire d’études du Mexique contemporain du CÉRIUM, membre du Comité éditorial de la revue électronique Innovation RICEC (www.ricec.info) à l’INRS-UCS (Montréal).

institut

01/12/2006