Damien Pesesse

Damien Pesesse

dates de séjour

01/10/2012 - 30/09/2013

discipline

Anthropologie

fonction

post-doctorant LabexMed

organisme

Maison Méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH)

pays d'origine

France

projet de recherche

À travers les contraintes sociales et les contraintes environnementales, le passage de l’Aurignacien au Gravettien dans la zone nord-méditerranéenne

Une profonde modification du paysage culturel s’observe sur l’ensemble du continent européen entre 31 000 et 29 000 BP. Elle correspondrait à une refonte complète des systèmes socio-économiques et symboliques des groupes humains qui conduit au passage de l’Aurignacien (37 000 – 30 000 BP) au Gravettien (29 000 – 22 000 BP). Durant le Paléolithique supérieur, peu de changements culturels seraient aussi profonds que celui-ci ; il demeure pourtant l’un des moins bien documentés. L’objet de ce programme de recherche est donc de définir et comprendre les modalités de ces évolutions, en domaine méditerranéen.

 

Notre réflexion se situe à cheval entre les découpages chronologiques considérés comme Aurignacien et Gravettien. Cela permet donc d’interroger la pertinence des cadres culturels en vigueur et de vérifier les critères qui distinguent classiquement ces deux périodes (témoins de la culture matérielle et pratiques symboliques en particulier). Par la même, ce sont les notions utilisées pour définir et aborder ces distinctions que nous proposons d’interroger. En effet, les paradigmes employés proviennent soit de la biologie ou de la géologie et ne sont donc pas appropriés pour appréhender des processus sociaux, soit de l’anthropologie sociale. Cependant, contrairement aux anthropologues, les préhistoriens n’ont pas tous fait le deuil de la tentation ethnique, nécessaire d’un point de vue méthodologique et conceptuel, pour aborder ces périodes. Ces notions (culture, transition …) engendrent donc structurellement un discours au moins partial voire circulaire et masquent la problématique de fond : quels processus contribuent à ces changements scocio-économiques et symboliques ? Comment se structurent dans le temps les évolutions retranscrites à cette période par le développement d’un art pariétal, des premières sépultures d’Homo sapiens en Europe et d’une recomposition complète du système technique ?

 

Pour aborder cette vaste question, l’étude développée avec différents spécialistes portera sur des ensembles archéologiques provenant du Sud-est de la France, de l’Italie et qui possèdent une riche documentation (industrie lithique, industrie en matières dures animales, parures, faune, restes humains). Cette approche croisée est nécessaire pour aborder une part de la complexité de ces évolutions. Dans ce programme, mon travail personnel porte sur l’industrie lithique qui se trouve à l’interface des disciplines, des contraintes et des méthodologies. Au-delà de l’ambition affichée, c’est aussi les limites de l’élaboration d’une paléo-histoire, notamment en ce qui concerne la reconnaissance des causalités, que nous nous efforcerons de cerner.

institut

01/05/2007