Measuring the immeasurable: obliquity and second-tier indicators

date

Vendredi 13 Décembre 2013, 9h00 - 20h00

adresse

Science Po, 27, rue Saint-Guillaume 75337 Paris Cedex 07

Measuring the immeasurable: obliquity and second-tier indicators

Intervention d'Alena Ledeneva, University College London, résidente à l'IEA de Paris, lors de la Conférence "transparency and corruption"

 

Depuis les premières lois votées en 1988, la France s'est distinguée par l'adoption  de  multiples textes venus encadrer le financement de sa vie politique et plus généralement les  relations entre secteur économique et politique. Dans le but affiché de limiter les risques  - ou les soupçons  - de corruption,  ces textes ont notamment mis en place un certain nombre  d’instruments de transparence, d’interdictions, et d’incompatibilités. Si plusieurs de ces  initiatives ont été directement consécutives à l’urgence d’un scandale, il ne  faut pas pour  autant minimiser également les effets de la dynamique engendrée par les premiers textes,  dont les évaluations pouvaient montrer les limites ou les effets non prévus,  et l’ambition, plus  générale, d’amélioration de la qualité de la démocratie  française. Le début du quinquennat de François Hollande s’est inscrit dans la lignée de ces efforts  passés. Les dernières lois votées e n septembre ont bien ainsi joué sur les trois registres les plus  couramment utilisés : transparence  – pour le patrimoine des responsables politiques ou pour  leurs intérêts économiques et transparence également des usages de la réserve parlementaire  par exemple –, interdictions et incompatibilité s , et refonte des administrations en charge de la  transparence. Cette loi a également bien illustré les difficultés, les conflits et les limites de cet  exercice de réglementation de la transparence et de lutte contre la corruption. Cette conférence vise à établir une première évaluation de ces nouvelles  réglementations de la vie poli tique française, en rassemblant plusieurs experts du sujet venant  d’horizons différents  – politique, académique, associatif. Le but est ici tant de débattre de  l’intention du législateur que des chances que les buts visés soient atteints. Pour cela, il nous a  semblé nécessaire, dans un premier temps, de resituer ces débats dans un contexte plus large,  et comparatif, afin de comprendre tant l’originalité que l’efficacité des nouveaux dispositifs à  l’aune  des expériences déjà éprouvées des autres pays. La ma tinée est organisée autour de courtes présentations, d’une dizaine de minutes, de  résultats de recherches,  qui seront suivies de débats avec la salle. L’après-midi sera consacré à  trois table s rondes rassemblant des intervenants venant du monde politique,  de celui des  administrations, des associations et  des  milieux académiques.  

fellows

Sociologie
01/10/2013 - 30/06/2014

institut

01/02/2011
01/02/2011