La responsabilité au passé. Politique, droit et histoire

date

Mardi 04 Juin 2013, 9h00 - 18h00

adresse

Maison Suger, 16-18 rue Suger, 75006 Paris

La responsabilité au passé. Politique, droit et histoire

Journée d’études organisé par l’IEA de Paris et par l’université Paris 1

 

Une communauté politique doit se tourner vers son passé pour comprendre son présent et éclairer son avenir. Ce mouvement peut prendre la forme d’une connaissance élaborée par les historiens, d’une mémoire spontanément produite par des groupes sociaux, ou encore d’une lecture institutionnelle et même juridique du passé. Cette journée d’étude souhaite explorer les convergences, tensions et contradictions qui existent entre ces différents modes de rapport au passé. Elle s’attachera à la fois à en analyser les formes effectives et à en interroger la légitimité, en se centrant sur les conceptions de la responsabilité – historique, politique, morale ou juridique – qui se trouvent engagées dans chaque cas. Les questions du lien entre cause et responsabilité, du type de sujet (individu, groupe ou État) susceptible d’être tenu pour responsable, et des frontières temporelles posées à la responsabilité, comme celle de la fonction politique de ces assignations, seront ainsi abordées. Une telle réflexion ne pouvant être conduire que dans un cadre interdisciplinaire, cette journée d’étude fera appel à la philosophie, à l’histoire, au droit et à l’anthropologie.

 

Organisatrices : Sophie Guérard de Latour (maître de conférences en philosophie, université Paris 1) et
Florence Hulak, post-doctorante à l’IEA de Paris, rattachée à l’équipe Nosophi-Phico (université Paris 1)

 

Participants :

Michèle Baussant, chargée de recherche en anthropologie, CNRS/université Paris Ouest

Isabelle Delpla, maître de conférences HDR en philosophie, université Montpellier 3

Sophie Guérard de Latour, maître de conférences en philosophie, université Paris 1

Florence Hulak, post-doctorante en philosophie, IEA de Paris

François Saint-Bonnet, professeur de droit, Université Paris 2

Sylvie Thénault, directrice de recherche en histoire, CNRS/université Paris 1

 

institut

01/02/2011
01/02/2011