Dynamique des réseaux dans les sciences sociales

date

Vendredi 10 Février 2012, 9h30

adresse

IMéRA – Institut méditerranéen de recherches avancées, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille

Dynamique des réseaux dans les sciences sociales

Depuis ses débuts l’analyse de réseaux a tissé des ponts entre sciences exactes et sciences sociales, de Jacob Moreno à Harrison White. Les avancées de la statistique et de la modélisation permettent d’envisager de nouvelles perspectives, en particulier dans la dynamique des réseaux. Il semble que l’on assiste actuellement à un rapprochement entre les mesures des réseaux et leurs significations sociales. Comment aujourd’hui travailler la complémentarité entre sciences exactes et sciences sociales dans cette optique ? Après les journées de l’IMeRA consacrées à la dynamique des réseaux du point de vue des mathématiciens, physiciens, statisticiens, informaticiens et graphistes, nous mettrons ici l’accent sur le point de vue des sciences sociales et leurs articulations avec les autres sciences. La première journée de l’IMeRA consacrée à ces questions avait fait ressortir trois enjeux méthodologiques forts pour faire avancer le dialogue interdisciplinaire. Le premier est celui de la construction des données et des classifications opérées en amont de la modélisation. Sur ces points, les sciences sociales ont une longue tradition de réflexivité sur les configurations des bases de données et la prudence quant aux effets de ces configurations sur les résultats d’enquêtes ; le deuxième est celui de l’adéquation de la modélisation aux données, où le raisonnement historique ou sociologique se présente comme non popperien (Passeron, 1995), et impose donc une dimension plus contextuelle qu’expérimentale. Il sera notamment intéressant ici de comparer les résultats des enquêtes menées par les chercheurs en sciences sociales et ceux des expérimentations présentées lors de la première journée. Le troisième est celui de la temporalisation des processus observés, qui rejoint les préoccupations exprimées par les physiciens et les informaticiens. La matinée sera consacrée à la présentation d’exemples contrastés de traitement de la dynamique des réseaux en sociologie, sciences politiques, économie et histoire, présentant tous des analyses fondées sur des données empiriques. L’après-midi sera consacré à la discussion de la question des relations et des interfaces entre sciences exactes et sciences humaines. Quelles méthodes, quels indicateurs, quelles questions sont communes ? Quelles perspectives peuvent être rapprochées ? Quelles différences persistent, et quelles complémentarités sont envisageables ?

institut

staff

Adjointe au secrétaire général