Massimo Vogliotti

Massimo Vogliotti
labex
pas Eurias

dates de séjour

01/10/2014 - 30/06/2015

discipline

Droit

Fonction d’origine

Professeur associé

Institution d’origine

Università del Piemonte Orientale (Italie)

pays d'origine

Italie

projet de recherche

Quelle formation juridique aujourd'hui?

L’hypothèse initiale de ce projet de recherche est l’incapacité du modèle d’enseignement juridique conçu à l’époque moderne de former des juristes qui soient à la hauteur de la complexité du droit et de la société contemporains. Ce modèle est lié à une conception du droit et du savoir juridique qui, depuis l’après seconde guerre mondiale, connait une crise de plus en plus profonde. En s’inspirant de la théorie des paradigmes de Thomas Kuhn, le premier volet de la recherche vise à montrer les liens étroits entre les modèles médiéval et moderne d’éducation juridique et les coordonnées ontologiques et épistémologiques des paradigmes juridiques correspondants. Le second volet vise à imaginer un modèle pédagogique qui soit cohérent avec le nouveau cadre paradigmatique, caractérisé par le renouement du savoir juridique avec la tradition aristotélicienne de la philosophie pratique et par la réhabilitation de la catégorie pré-moderne de l’indisponible (les valeurs fondamentales de la société gardées dans l’enceinte constitutionnelle). Cette révolution scientifique et les profondes transformations de l’expérience juridique contemporaine requièrent – c’est l’hypothèse fondamentale de la recherche – des juristes qu’ils ne soient pas seulement de bons techniciens du droit, mais qu’ils soient, avant tout, des hommes de culture.

biographie

Massimo Vogliotti est maître de conférences de philosophie du droit et de théorie du droit à l’Université du Piémont Oriental (Italie), où il est responsable scientifique de la Chaire Alessandro Galante Garrone. Son champ de recherche est au croisement de la théorie du droit et du droit pénal. Le fil rouge qui lie ses travaux est la crise du paradigme juridique moderne (au sens de Thomas Kuhn) et ses effets sur l’identité du droit, de la science juridique et du juriste lui-même, d’où son intérêt récent pour la question de la formation juridique. Il est auteur, notamment, de de l’étude « Legalità » publié dans les Annali de l’Enciclopedia del diritto (Giuffrè, 2013) et des ouvrages Tra fatto e diritto. Oltre la modernità giuridica (2007) et Dove passa il confine? Sul divieto di analogia nel diritto penale (2011), publiés chez Giappichelli, éditeur pour lequel il a dirigé aussi l’ouvrage collectif Il tramonto della modernità giuridica. Un percorso interdisciplinare, 2008. Il est membre du comité de rédaction de la revue Droit et Société (dont il est correspondant pour l’Italie), de la Revue interdisciplinaire d’études juridiques et de la revue de l’ENM Les cahiers de la justice. Depuis 2015, il est également membre du Comité scientifique de la "Mission Droit et Justice" du Ministère de la Justice en France.

institut

01/02/2011