Fabian Lemmes

Fabian Lemmes
pas labex
pas Eurias

dates de séjour

01/09/2019 - 30/06/2020

Fonction d’origine

Professeur junior

Institution d’origine

Ruhr-Universität de Bochum (Allemagne)

pays d'origine

Allemagne

projet de recherche

Le terrorisme anarchiste en Europe de l'ouest : France, Italie, Espagne et Allemagne (1880-1900)

Le projet étudie les attentats anarchistes en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne entre 1880 et 1900. Ceux-ci firent partie d’une vague de violence à l’échelle globale qui, à la suite de la révolution médiatique du XIXe siècle finissant, engendra une répercussion jusqu'alors inconnue et est souvent considérée comme le début du terrorisme moderne. S’ils n'aboutirent pas comme stratégie de mobilisation révolutionnaire, les attentats eurent des conséquences importantes sur les politiques publiques (en termes de sécurité, d’immigration ou de répression de mouvements sociaux) et sur la perception et l’évolution de l’anarchisme. En outre, ils menèrent à des débats intensifs sur la violence politique et les réponses adéquates de l’État.
Le projet analyse ces réactions et ces débats, dans lesquelles furent négociées et redéfinies les frontières de la politique légitime. Les nombreuses analogies que l’on peut observer avec les débats actuels, concernant notamment la tension entre sécurité, d’un côté, et libertés/État de droit de l’autre, présentent un intérêt supplémentaire de cette étude.
Sur le plan méthodologique, le projet adopte une perspective comparative et transnationale. Il regarde le terrorisme comme une stratégie de communication et poursuit trois objectifs : il s’interroge sur (1) la communication médiatique et sociale autour des attentats et sur ses conséquences dans l'espace politique ; (2) les effets rétroactifs dans le mouvement anarchiste ; (3) le rôle des processus transnationaux et les effets qu’ils produisent.

biographie

Fabian Lemmes est Junior-Professor en Histoire européenne à la Ruhr-Universität de Bochum (Allemagne). Il a étudié à l’Université de la Sarre et à l’Institut d’études politiques de Paris et a obtenu son doctorat à l’Institut universitaire européen de Florence pour une thèse sur l’Organisation Todt en France et en Italie (1940-1945). Il a enseigné aux universités de Sarrebruck et Kassel et a été chercheur-boursier au Centre Marc Bloch à Berlin, au Center for Interdisciplinary Research (ZiF) à Bielefeld et à l’Institut historique allemand à Paris. Il a co-dirigé le projet collaboratif international « Les évacuations dans l’espace frontalier franco-allemand 1939-1945 » (ANR/DFG). Ses recherches portent sur l’histoire comparative et transnationale de l’Europe et de l’espace méditerranéen aux 19e et 20e siècles, notamment sur les migrations et les zones frontalières, le travail et le travail forcé, le nazisme et les occupations, l’anarchisme, la violence politique et le terrorisme.

institut

01/12/2006