Mathias G. Kondolf

Mathias G. Kondolf

dates de séjour

01/09/2017 - 30/06/2018

discipline

Géographie

fonction

Professeur

organisme

Université de Californie, Berkeley

pays d'origine

États-Unis

projet de recherche

La connectivité sociale des rivières urbaines : l’intégration des sciences sociales et naturelles dans la restauration des rivières

Les concepts de connectivité, bien établis dans la littérature scientifique sur l’environnement, peuvent également être appliqués à la « connectivité sociale », la communication et la mobilité des personnes, des marchandises, des idées et de la culture le long des rivières et à travers celles-ci, en distinguant la connectivité longitudinale, latérale et verticale, les interactions sociales, qui sont particulièrement développées dans les biefs urbains des rivières. Les projets d’aménagement des berges sont devenus omniprésents dans les pays développés, et de plus en plus dans ceux en développement, à l’instar du fameux Paris-plages, qui a partiellement restauré la connectivité latérale perdue vers 1850 après que les navires marchands, les moulins, etc. ont été chassés des berges pour améliorer la connectivité longitudinale au profit de la navigation.
Lors de son séjour au Collegium, M. Kondolf se propose d’étudier les projets récents de revitalisation des berges dans une perspective de connectivité sociale et biophysique, selon un axe de restauration écologique vs. sociale, et dans le respect de la justice environnementale. Pour une trentaine de projets récemment réalisés ou en cours de réalisation dans des villes d’Europe, d’Amérique du Nord, du Japon, et, de manière moins systématique, dans des pays en développement (Inde, Chine), dans lesquels les informations sont facilement disponibles, il se propose de collecter et analyser leurs caractères à partir d’analyses textuelles ou de contenu s’appuyant sur des logiciels libres (objectifs et bénéfices de ces projets, localisation, étendue, changements réalisés, date, agence réalisatrice, budget, sources de financement). La présente démarche intègrera également trois études de cas approfondies, qui documentent les changements du tracé de la rivière à partir d’images aériennes, de cartes IGN et d’autres sources historiques, font la synthèse de documents pertinents, et s’appuient sur des visites de sites pour observer les usages et les pratiques. Les résultats seront présentés dans le cadre d’une session spéciale de la prochaine conférence IS Rivers (juin 2018 à Lyon) et à la rencontre annuelle d’associations professionnelles pertinentes comme le Conseil des éducateurs dans l’architecture paysagère. Des articles seront publiés dans des revues internationales à comité de lecture. Les communications présentées lors de la session d’IS Rivers pourront également faire l’objet d’un numéro spécial.

biographie

G. Mathias Kondolf est professeur de planification environnementale au Collège de conception environnementale de l’Université de Californie à Berkeley, où il assure des enseignements en hydrologie, restauration des rivières, et sciences de l’environnement. Il est titulaire d’une licence de géologie de l’Université de Princeton, d’un master de sciences de la terre de l’Université de Californie à Santa Cruz et d’un doctorat de géographie et d’ingénierie environnementale de la Johns Hopkins University, à l’issue duquel il a rejoint Berkeley. Avec des bases en géomorphologie fluviale, il mène des recherches sur les interactions entre l’homme et les rivières, en mettant l’accent sur la gestion des zones en proie aux inondations, des rivières urbaines et des sédiments dans les rivières et les réservoirs ; il s’intéresse aussi à l’optimalisation de la planification des barrages à l’échelle d’un bassin, à la gestion de l’eau dans des territoires au climat méditerranéen, et à la restauration des rivières. Il a témoigné comme expert devant le Congrès américain, le Parlement de Californie, le Comité de contrôle des ressources hydrauliques de Californie, la Cour de justice internationale et la Cour permanente d’arbitrage de la Haye, la Cour suprême et d’autres juridictions américaines. Il a contribué à des panels de l’Académie nationale des sciences, au Comité scientifique de la restauration des écosystèmes en Californie et au Comité consultatif pour l’environnement auprès du chef du corps des ingénieurs de l’armée américaine, et comme Clarke Scholar de l’Institut pour les ressources hydrauliques de cette même armée. À Berkeley, il dirige le programme d’études portugaises et la filière développement durable. Il est actuellement représentant élu de sa faculté au sein du Collège et ancien responsable du département pour l’architecture du paysage et la planification environnementale.

institut

01/12/2006